Publicité

26 juin 2020 - 15:00 | Mis à jour : 17:23

Au CHDL et à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur

La venue de proches aidants et d’accompagnateurs à nouveau permise

Par Salle des nouvelles

En raison de l’évolution favorable actuelle de la COVID-19 et suivant la directive ministérielle, de nouvelles directives en regard de la venue de proches aidants et d’accompagnateurs s’appliquent désormais dans les centres hospitaliers.

À compter d’aujourd’hui, la présence de proches aidants sera permise dans tous les secteurs du Centre hospitalier De Lanaudière (CHDL) ainsi qu’à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur (HPLG). Des accompagnateurs seront également autorisés sous certaines conditions. 

Les modalités entourant la présence de proches aidants ou d’accompagnateurs pourront être modulées de façon exceptionnelle advenant une éclosion ou lors d’un fort achalandage du milieu.

Les personnes proches aidantes qui sont autorisées en centre hospitalier sont celles qui offraient ou doivent offrir une aide ou un soutien significatifs pour répondre à des besoins et contribuer à l’intégrité et au bien-être d’un proche.

Un accompagnateur est une personne significative qui offre un soutien ponctuel à un proche durant sa visite ou son séjour en centre hospitalier.

Voici les consignes générales

 Les aidants et les accompagnateurs devront appliquer les mesures de prévention des infections en vigueur, soit :

o Le lavage des mains en entrant et en sortant de l’installation;
o Le port du masque ou du couvre-visage pour toute la durée de la
présence dans l’installation;
o Le respect de la distanciation physique.

 Aucun proche aidant ou accompagnateur ayant reçu un diagnostic de COVID-19 confirmé, en investigation ou symptomatique ne sera admis; tous secteurs confondus.

 L’aide et le soutien significatifs pourront être offerts par plus d’une personne proche aidante ou accompagnatrice auprès d’une même personne. Toutefois, un seul proche aidant, accompagnateur ou visiteur à la fois pour une même plage horaire est autorisé, pour un maximum de quatre personnes par période de 24 heures.

Salles d’urgence

 Les accompagnateurs sont limités à une personne par usager lors de visite à la salle d’urgence, à moins que cela ne soit requis médicalement;

 Les accompagnateurs en salle d’urgence peuvent être temporairement interdits en cas de fort achalandage.

Cancérologie

 Dans le contexte où le secteur de la cancérologie demeure une zone froide et où un triage des usagers et du personnel est en vigueur afin d’assurer la protection des usagers atteints de cancer, l’accès est limité aux usagers sous traitement à la clinique d’oncologie;

 L’accès aux accompagnateurs y est limité, à moins que cela ne soit requis médicalement (exemples : trouble cognitif, aide à la mobilité, etc.).

Obstétrique

 Toutes les mesures raisonnables sont mises en place afin de favoriser la présence du second parent ou d’un accompagnateur à l’accouchement (incluant la césarienne) et lors du séjour postnatal.

Néonatalogie

 Toutes les mesures raisonnables sont mises en place afin de favoriser la présence des parents, s’ils ne présentent pas de symptômes de la COVID-19.

Pédiatrie

 Toutes les mesures raisonnables sont mises en place afin de favoriser la présence des parents, s’ils ne présentent pas de symptômes de la COVID-19.

La Direction du CISSS encourage la population à poursuive l’application rigoureuse des mesures de distanciation physique et de lavage des mains. Elle l’invite également à composer le 1 877 644-4545 pour prendre un rendez-vous de dépistage, en présence de symptômes associés à la COVID-19. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.