Publicité
7 juin 2019 - 11:00

En l’honneur de son fondateur

Le Centre d’hébergement de Saint-Liguori renommé Armand-Marchand

Par Salle des nouvelles

Le Centre d’hébergement de Saint-Liguori a été renommé en l’honneur de son fondateur, feu Armand Marchand, lors d’une cérémonie tenue le 5 juin dernier en présence des résidents du CHSLD, de membres de la famille et de la communauté.

Souhaitant conserver dans la mémoire collective l’héritage laissé par ce citoyen engagé, la famille, appuyée par la municipalité de Saint-Liguori, avait proposé ce nouveau nom qui a été entériné par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière.

Qui était Armand Marchand?

Armand Marchand (1925-2004) est l’entrepreneur qui, à partir de 1965, transforma l’ancien couvent de la congrégation des Sœurs de Sainte-Croix en centre d’hébergement pour les aînés malades : la Pension Saint-Joseph. Monsieur Marchand acquit le bâtiment en 1969 et en demeura propriétaire jusqu’à son achat par l’État en 1985.

Très impliqué au sein de la municipalité de Saint-Liguori, il a également assumé les fonctions de maire de 1971 à 1978 ainsi que celles de préfet du comté de Montcalm. « Mon père était un homme engagé dans la mise sur pied de solutions pour venir en aide aux personnes fragilisées et vulnérables de la communauté », a souligné M. Pierre Marchand, l’un des fils de l’entrepreneur, saluant au passage l’implication de tous ceux et celles qui ont accompagné son père ou qui ont pris la relève au fil des ans.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.