Publicité
23 juin 2010 - 00:00

La relève sème de nouveaux projets

Par Michel Harnois

Alors que la relève se fait rare en agriculture, un jeune homme de Ste-Genevieve-de-Berthier loue une partie de la terre de ses parents et met sur pied des projets qui risquent d'en surprendre plus d'un.

Jean-François Chaussé, 24 ans, nous vient d'une famille d'agriculteurs tricotée serrée comme on en voyait il y a quelques décennies. Son père s'occupe de grandes cultures céréalières et son frère est spécialisé dans l'élevage de moutons.

Jean-François a décidé, quant à lui, de produire des paniers de fruits et légumes frais pour les gens de sa région. Ainsi, deux formats de paniers sont offerts. 200 $ par an pour des paniers de bonne dimension pour une famille de quatre personnes et 150 $ pour deux adultes et un enfant en provenance de la Ferme Berthelaise.

La période de distribution s'échelonne sur dix semaines et le jeune homme demande la moitié de la somme en début de saison et la balance en fin de saison. La livraison est effectuée dans certains points de vente , soit à la pâtisserie « Les délices d'antan », directement au kiosque de la ferme à Ste-Geneviève ou au centre-ville de Joliette, au bar l'Interlude, entre 14 h et 16 h.

Un vignoble avec ça!

L'agriculteur a également planté 1 000 vignes en 2005 pour sa consommation personnelle tant pour le raisin de table que pour des expériences de vinification. À ses dires, son vin blanc et sa méthode champenoise sont très prometteurs.

Cette année, il se lance et plante 2 500 autres vignes pour fonder bientôt un vignoble qu'il nommera «Le vignoble du Vent Maudit». Dans quelques années, après avoir traversé les difficiles étapes fastidieuses des autorisations gouvernementales, vous pourrez goûter l'une des 3 000 premières bouteilles d'un cru lanaudois d'un petit gars bien de chez nous. Jean-François Chaussé, un nom à retenir!

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.