Publicité

7 avril 2021 - 18:00

Scène policière

Trafic de stupéfiants : 16 perquisitions menées hier dans la région

Par Salle des nouvelles

L’Escouade régionale mixte (ERM) Outaouais en collaboration avec le Service de police de la Ville de Gatineau a mené hier une opération relativement à du trafic de stupéfiants dans la région de Gatineau, Kazabazua, Fort-Coulonge et Saint-Lin–Laurentides.

Les policiers ont réalisé 16 perquisitions visant huit résidences et huit véhicules sur le chemin Proulx, les rues Notre-Dame, de Condé et Bridge, à Gatineau, la rue Dempsey, à Fort-Coulonge, le chemin de la Gare d’Aylwin, à Kazabazua ainsi que sur la rue du Parc, à Saint-Lin–Laurentides.

Lors de ces perquisitions, les policiers ont saisi :
- Près de 3.5 kilos de cocaïne;
- Plus de 82 000 $ en argent canadien;
- 7 véhicules saisis comme bien infractionnels;
- Une arme de poing chargée;
- Une arme à impulsion électrique;
- Une veste pare-balle;
- Un poing américain;
- 10 cellulaires;
- Items servant au trafic de stupéfiants

Sept hommes âgés entre 26 et 56 ans et une femme 42 ans ont été arrêtés puis libérés par la suite sur sommation. Ils devront revenir devant la justice à une date ultérieure au Palais de justice de Gatineau.

Ils pourraient faire face à plusieurs accusations de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic, de trafic de stupéfiants ainsi que des infractions en matière d’arme à feu.

L’enquête a été amorcée en octobre 2020 à la suite d’informations reçues du public et démontre que les suspects seraient reliés au groupe de motards les Devils Ghosts.

Rappelons que l’ERM Outaouais est composé de la Sûreté du Québec et du Service de police de la Ville de Gatineau. Les ERM sont des partenariats entre services de police qui ont comme objectif une mise en commun des ressources pour mieux lutter contre le crime organisé, et ce, dans toutes les régions du Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.