Publicité
22 février 2020 - 08:00

Les 26 et 28 février

Entre musique traditionnelle et documentaire écologique, le CRAPO reste éclectique

Par Salle des nouvelles

Le CRAPO de Lanaudière effectuera une piqûre de rappel sur la prise de conscience écologique avec le documentaire "L'Arche d'Anote". Deux jours plus tard, la structure accueillera Rhizome, un projet musical qui allie le côté festif de la musique traditionnelle tout en restant ancré à notre époque.

Le mercredi 26 février à 19h15, le Mouvement Écologique Mathalois (M.E.M.) présente le documentaire canadien "L’Arche d’Anote" au Ciné-BLABLA du CRAPO. Réalisé par Matthieu Ritz, le film sera présenté en version originale anglaise sous-titrée en français.

Les changements climatiques menacent les Kiribati, un État archipel d’Océanie.  En plus des tempêtes tropicales, dévastatrices, l’élévation du niveau de la mer risque de faire disparaître complètement ce territoire dans les prochaines décennies. Le président de l’archipel, Anote Tong, tente de préserver le mode de vie de la population en mobilisant la communauté internationale. Sermary Tiare, une mère de famille kiribatienne, ne voit quant à elle d’autre solution que d’émigrer. Elle abandonne à contre-coeur ses racines et sa culture.

> L’entrée est de 9$ et de 7$ pour les membres.

Le vendredi 28 février, le CRAPO présente un 7 à 9 avec Rhizome. Projet de compositions originales de Louis Charbonneau et Anne-Marie Leclerc, accompagnés de Samuel Royer-Legault à la guitare et la podorythmie, Rhizome s’inspire des musiques traditionnelles tout en étant bien ancré dans l’époque actuelle. Une musique intérieure et imagée qui allie le côté festif de la musique traditionnelle à des atmosphères qui font voyager.

> L’entrée est à contribution volontaire.

Il est possible de réserver au CRAPO à l’avance en téléphonant au 450-886-1515.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.