Publicité
16 janvier 2020 - 12:00 | Mis à jour : 12:19

Du 1er février au 17 mai

Musée d'art : une saison sous le signe des corps et des expériences des femmes

Par Salle des nouvelles

La programmation hiver-printemps 2020 du Musée d’art de Joliette (MAJ) aura comme thématique centrale les corps et les expériences des femmes, grâce à des expositions présentant le travail des artistes Maude Bernier Chabot, Brie Ruais, Elizabeth Zvonar, Monique Régimbald-Zeiber, Chloë Lum et Yannick Desranleau.

Au programme de la série d’activités culturelles de la saison se trouvent : une nouvelle résidence en danse et performance avec Hannah Sybille Müller et Erin Robinsong, un tout nouveau projet artistique ayant pour titre Et si on s’entendait ? et réalisé en collaboration avec l’Association des Sourds de Lanaudière, une série de conférences avec des professionnelles du milieu des arts, des ateliers pour adultes ou pour les familles, une programmation spéciale pour les familles à l’occasion de la Semaine de relâche et une soirée de poésie.

Le vernissage aura lieu le samedi 1er février, de 14 h à 17 h. Il est gratuit et ouvert à tous. Des interprètes LSQ-français signeront les allocutions et les visites commentées des artistes. Les Montréalaises et les Montréalais sont invités à réserver leur place dans la navette, le MAJ-Express.

Trois nouvelles expos temporaires et un coup d'oeil à la collectiuon du MAJ

L’exposition de groupe Images rémanentes, avec Maude Bernier Chabot, Brie Ruais et Elizabeth Zvonar pose des questions simples: Comment re-signifier le corps féminin ? Faut-il éviter la représentation et l’évoquer à travers la sensation ?

Le corps féminin se trouve au centre d’un champ de forces qui le refaçonne sans cesse. Comme l’argile, il a la mémoire du contact. Les artistes Maude Bernier Chabot, Brie Ruais et Elizabeth Zvonar vivent à Montréal, à New York et à Vancouver. À travers des sculptures, des céramiques ou des photographies, ces trois artistes ont une manière bien à elles de se faire écho et d’interroger les fondements de ces références culturelles et idéologiques. L’exposition a été commissariée par Anne-Marie St-Jean Aubre, conservatrice à l’art contemporain du MAJ.

Les ouvrages et les heures de l’artiste Monique Régimbald-Zeiber

Connue comme peintre et auteure, Monique Régimbald-Zeiber a une carrière qui s’étend sur plus de trente-cinq ans de pratique artistique. Elle a développé une démarche fascinante, qui trouble l’histoire du formalisme québécois en peinture en y insérant des références au corps et à la réalité des femmes, décrite par les femmes. Professeure à l’École des arts visuels et médiatique de l’UQAM durant vingt ans, Monique Régimbald-Zeiber a eu un impact certain sur la formation des artistes contemporains québécois d’aujourd’hui.

Cette saison, le Musée d’art de Joliette lui offre sa première exposition rétrospective, composée d’œuvres des années 1980 à aujourd’hui. L’exposition a également été commissariée par Anne-Marie St-Jean Aubre.

Treasures Are Hopes Made Solid to Catch the Light and Also the Dust [Les trésors sont des espoirs calcifiés capturant lumière et poussière], de Chloë Lum et Yannick Desranleau

Les artistes Chloë Lum et Yannick Desranleau travaillent depuis plusieurs années en collaboration avec des danseurs et des chanteurs. Les photographies et les vidéos au centre de cette exposition traduisent sous une forme textuelle, gestuelle et sonore des états de corps liés à une expérience du confinement. Lorsque le corps refuse de coopérer, que ses mouvements sont limités, voire douloureux à cause d’une maladie chronique, que reste-t-il pour sortir de soi ?

Pour cette première exposition au Musée d’art de Joliette, Lum et Desranleau poursuivent leur travail exploratoire de la littérature et présentent un corpus d’œuvres récentes qui s’envisagent comme des méditations nourries par les autrices Sylvia Plath et Clarice Lispector. L’exposition a été commissariée par Anne-Marie St-Jean Aubre.

Coup d’œil sur la collection du MAJ : Modèles au féminin

Enfin, l’équipe du MAJ présente une fois de plus à son Espace 3e quelques œuvres de sa foisonnante collection. Modèles au féminin sera l’occasion de redécouvrir l’une des œuvres phares du Musée, Reclining Nude de William Brymner, ainsi que deux œuvres rarement présentées au public depuis leur entrée dans la collection, une de Joseph-Charles Franchère et une autre d’Ernst Neuman, au traitement plus moderne.

Une trentaine d'activités culturelles prévues

En plus de la résidence en danse d’Hanna Sybille Müller et Erin Robinsong (du 27 au 31 janvier), présentée en collaboration avec Diffusion Hector-Charland et la Ville de Notre-Dame-des-Prairies, l’équipe d’éducation du MAJ propose cette saison un projet artistique en collaboration avec l’Association des Sourds de Lanaudière. Le projet Et si on s’entendait ? prend la forme d’une expérience immersive où résistance et fierté plongeront les visiteurs du MAJ au cœur de l’identité sourde. Le projet sera présenté du 26 janvier au 9 février.

Plusieurs autres activités culturelles sont proposées cette saison, visant à approfondir le rapport des visiteurs aux expositions et à l’art de manière générale :

- douze visites commentées portant sur les expositions temporaires et permanente, dont une visite commentée performative de l’artiste Michelle Lacombe ;
- trois conférences boîte à lunch, par Valérie Guimond, Linda Swanson et Monique Régimbald-Zeiber ;
- huit Matinées créatives pour toute la famille ;
- plusieurs activités créatives familiales lors de la Semaine de relâche MAJ-ique ;
- des ateliers créatifs pour les adultes ;
- la cinquième soirée La poésie au Musée, de Bouc Productions ;
- deux voyages culturels au Musée national des beaux-arts du Québec et au Musée des beaux-arts de Montréal ;
- une participation aux 50 jours de la danse avec Diffusion Hector-Charland ;
- une conférence de Michel Desjardins, président de l’Association des Sourds de Lanaudière (ASL) et de Sarah Lafrenière, chargée de projets à l’ASL, qui brossera un portrait de la surdité dans le Québec d’aujourd’hui. Cette conférence gratuite est présentée en complément du projet artistique Et si on s’entendait ? et aura lieu le 8 février à 14 h.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.