Publicité
16 octobre 2019 - 09:00

Société d’histoire de Joliette

François Faribault retrace l'histoire de sa famille dans Lanaudière

Par Salle des nouvelles

Dans le cadre de sa série de conférences, la Société d’histoire de Joliette – De Lanaudière convie le public intéressé à une conférence intitulée"Les Faribault dans Lanaudière", donnée le 28 octobre à 19h30 par le chercheur François Faribault, membre de la Société d’histoire.

La famille Faribault compose la branche familiale maternelle du fondateur du village d’Industrie qui deviendra en 1864 la ville de Joliette : Barthélemy Joliette. Cette famille a habité et œuvré dans Lanaudière entre 1763 et 1952.

Sur les traces d'une famille

Barthélemy Faribault, notaire émigré de France, accoste à Québec en 1752 et y travaille jusqu'à la Conquête, avant de s'établir, en 1763, à Berthier-en-Haut. Vient ensuite Joseph-Édouard qui lui, s'établit à L'Assomption en 1792 comme notaire, suivi de Joseph-Norbert, avocat, que la malchance fait émigrer aux USA où il meurt en 1827, à 26 ans, non sans avoir connu son fils Joseph Norbert Édouard pendant 5 mois...

Architecte à la retraite depuis 2016, François Faribault a été amené à se passionner pour l'histoire familiale par le travail de son père Claude, de sa tante Marthe Faribault-Beauregard qui a longtemps été associée à la Société de Généalogie Canadienne Française et de sa cousine Ève Beauregard-Malak.

Depuis sa retraite, François Faribault fouille incessamment la famille, établit des contacts, suscite des rencontres. Venez découvrir l'histoire de sa famille, qui retrace celle de nombreuses autres routes à Lanaudière.

 

Cette conférence sera donnée lundi 28 octobre à 19 h 30 au Centre d’action bénévole Émilie-Gamelin au 80 rue Wilfrid-Ranger, à Saint-Charles-Borromée. Le tarif est de 5 $ pour les non-membres de la Société et gratuit pour les membres.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.