Publicité

19 mars 2015 - 12:45

Un centre de consultation aux archives d’Adélard Lambert à Berthierville

Marie-Philip Chaput

Par Marie-Philip Chaput, Journaliste

La Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray a officialisé l’ouverture d’un centre de consultation donnant accès aux archives d’Adélard Lambert. Le lieu spécialement adapté est situé dans un local des bureaux administratifs de l’organisation à Berthierville.

« Par cette initiative de mise en valeur du patrimoine, le comité culturel de la MRC vise autant à répondre aux besoins des potentiels chercheurs qui pourraient manifester un intérêt pour la collection que de servir aux citoyens démontrant une affinité pour le patrimoine immatériel », annonce M. Bruno Vadnais, président du comité culturel et maire de Saint-Cuthbert.

L’accessibilité au contenu du fonds Lambert est possible grâce à une entente entre la MRC de D’Autray et le Musée canadien de l’histoire, lieu de conservation des archives originales. Conformément à son entente avec le Musée canadien de l’histoire, la MRC se dotera d’un registre pour les visiteurs qui consulteront les archives. Ainsi, les consultants devront répondre à quelques questions, s’ils souhaitent accéder au fonds.

Archives inédites

Le fonds d’archives inédites comprend 698 faits de tradition orale, dont plusieurs chansons, contes, danses chantées et jeux de l’enfance, dont M. Adélard Lambert a hérité de sa famille. Plus spécifiquement, cette collection fournit un grand nombre de pratiques traditionnelles concernant l’enfance, entre autres, les berceuses, les jeux, les formulettes, les danses chantées et les contes.

Pour consulter les archives d’Adélard Lambert, il suffit de prendre rendez-vous avec Mme Marie-Julie Asselin, par téléphone au 450 836-7007 poste 2525 ou par courriel à l’adresse suivante : [email protected].

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.