Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

La Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière (FiCEL)

Un total de 223 hectares protégés de plus à Sainte-Émélie-de-l’Énergie

durée 10h00
7 juin 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Salle des nouvelles

La Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière (FiCEL) est heureuse d’annoncer la mise sous protection d’une vaste propriété de 223,4 hectares à Sainte-Émélie-de-l’Énergie grâce à la générosité de Linda Reven, le tout par le biais du Programme de dons écologiques d’Environnement et changement climatique Canada.

« Il y a vingt-deux ans, j'ai acquis un grand territoire montagneux avec de nombreuses zones humides, mais dévasté par les coupes à blanc. J'ai eu l'idée non conventionnelle de soigner et retourner cet immense terrain à la nature plutôt qu'aux promoteurs. Je remercie la Fiducie de réaliser mon rêve original de restaurer et protéger à perpétuité ce beau terrain au bénéfice des générations futures. J'espère que mon don inspirera d'autres citoyens de Lanaudière à se joindre aux efforts de la Fiducie visant à protéger nos forêts. » Linda Reven

Dix-neuf communautés végétales principales ont été identifiées sur la propriété, qui constitue une mosaïque de milieux forestiers et de divers milieux humides incluant un lac tourbeux, des marais, des étangs permanents et vernaux, des ruisseaux permanents ou intermittents. Bien que la propriété a fait l’objet de coupes forestières sur de grandes superficies il y a un peu plus de deux décennies, la régénération naturelle y est vigoureuse et, en raison de la topographie accidentée, des peuplements matures se sont maintenus et constituent des îlots de grand intérêt pour la biodiversité.

Pas moins de 89 espèces animales et 107 espèces floristiques ont été notées sur les lieux, dont des espèces en péril comme la pipistrelle de l’Est et la petite chauve-souris nordique (toutes deux en voie de disparition au Canada et menacées au Québec) ou la paruline du Canada (espèce préoccupante au Canada et jugée susceptible d’être désignée vulnérable ou menacée au Québec).

Ce territoire s’inscrit dans une vaste matrice naturelle boisée au nord de Sainte-Émélie- de-l’Énergie et fait partie d’un des 14 noyaux de conservation prioritaires pour la connectivité régionale dans Lanaudière. La protection des 223,4 ha de la propriété Reven s’ajoute au 3 570 ha de terres publiques et au 181,7 ha en terres privées (patrimoine de la FiCEL) déjà protégées à perpétuité au nord du nœud villageois de Sainte-Émélie. La conservation de ces habitats, de part et d’autre de la rivière Noire, joue un rôle important en matière de biodiversité, car cette rivière constitue un corridor de déplacement de premier plan, utilisé au printemps et à l’automne par un cortège d’espèces migratrices (passereaux forestiers, rapaces, sauvagine).

« La Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière est un modèle d’avenir pour la conservation de la nature. La Fiducie n’appartient à personne, ni aucune entité morale. C’est un patrimoine de terrains regroupés autour d’une mission commune et immuable : la conservation des écosystèmes de Lanaudière. Au sein de la Fiducie, la nature appartient à elle-même et peut y vivre en toute liberté, et ce, à perpétuité. N’est-ce pas magnifique ? Je suis fière des Lanaudois et Lanaudoises qui donnent leur temps ou leur terre pour faire grandir la Fiducie ! » Marie-Pierre Thibeault, directrice générale de la FiCEL.

La conservation de cette propriété a été rendue possible en partie grâce au programme Protéger les habitats fauniques – volet I Protection de la Fondation de la faune du Québec. Rappelons que ce programme de la Fondation a pour objectif de soutenir les initiatives de protection des habitats à haute valeur faunique par la conclusion d’ententes de conservation ayant une portée juridique avec des propriétaires de terres privées. Le projet a aussi bénéficié du soutien financier du ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP), par l’intermédiaire du Projet de partenariat pour les milieux naturels.

Enfin, ce projet a aussi été réalisé avec l'appui financier du gouvernement du Canada par l'entremise d'Environnement et changement climatique Canada.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Hausse marquée à la DPJ des signalements pour exposition à la violence conjugale

Le nombre de signalements reçus à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) pour un motif d’exposition à la violence conjugale a plus que doublé en 10 ans, passant d'environ 8000 en 2014 à un peu plus de 17 000 en 2023. Cela représente une hausse de 14,7 % des signalements liés à l'exposition à la violence conjugale comparativement à ...

Conseils pour prévenir les risques de la chaleur extrême

La Direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière tient à informer la population des moyens à prendre pour éviter les risques à la chaleur extrême des prochains jours.  Voici les principales mesures de prévention à adopter lors de chaleur intense : Buvez beaucoup d’eau, sans ...

Où se rafraîchir à Saint-Charles-Borromée ?

Une vague de chaleur accablante frappe actuellement le Québec. Avec des températures frôlant les 40°C et un facteur humidex élevé, cette canicule représente un important risque pour la santé, particulièrement pour les personnes âgées, les jeunes enfants et celles souffrant de maladies chroniques. Afin d'aider les citoyens à traverser ...