Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Localisation plus rapide

Google lance un service de localisation d'urgence au Canada sur Android

durée 09h00
14 mai 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La prochaine fois que les utilisateurs d'Android au Canada appelleront le 911, un nouveau service intégré à leur téléphone transmettra leur localisation aux intervenants d'urgence.

Google a annoncé lundi le lancement du service de localisation d'urgence Android au Canada, affirmant que son objectif est de réduire les temps de réponse en aidant le personnel d'urgence à localiser plus rapidement les personnes dans le besoin.

«Il s'agit d'un service essentiel pour les utilisateurs, car très souvent, un préposé n'aurait pas pu obtenir l'emplacement dont il avait besoin pour envoyer rapidement et facilement cette aide. C'est donc (...) une aide considérable pour les Canadiens qui appellent les services d'urgence», a déclaré Boone Spooner, chef de produit pour la sécurité Android chez Google.

Repenser les services d'urgence

Le lancement canadien du service intervient alors que l'industrie des télécommunications, ses régulateurs et les entreprises technologiques travaillent à la refonte des systèmes d'urgence vieillissants, afin qu'ils soient capables de recueillir davantage d'informations dans une plus large gamme de formats auprès des Canadiens en détresse.

Leur objectif est de transformer les systèmes analogiques en systèmes numériques afin que le pays puisse offrir des services d'urgence de nouvelle génération, qui pourraient éventuellement permettre aux premiers intervenants de recevoir des messages texte, des informations médicales ou même des vidéos d'incidents justifiant une intervention d'urgence.

Les origines du service de localisation d'urgence remontent à 2018, a déclaré M. Spooner.

«Une développeuse sur Android a eu une urgence et s'est rendu compte que la personne qui gérait son appel ne savait pas où elle se trouvait», a-t-il raconté.

«Elle s'est dit: ‘‘Il doit y avoir un moyen de résoudre ce problème.’’»

À l'époque, les services du 911 étaient capables de localiser les personnes qui appelaient soit grâce à la technologie fixe, soit en leur demandant où elles se trouvaient, une question à laquelle il n'était parfois pas facile de répondre.

«Peut-être qu'elles ne savaient pas où elles se trouvaient et n'avaient aucun point de repère pour qu'on leur envoie de l'aide», a déclaré M. Spooner.

Situer les personnes en détresse

Le service réduit ces problèmes, car il s'appuie sur une combinaison de Wi-Fi, de GPS et de tours de téléphonie cellulaire pour identifier où se trouve un appelant.

«La personne qui prend l'appel verra un point bleu similaire à ce que vous verriez sur Google Maps et ce point correspond aux coordonnées XY de l'emplacement de l'utilisateur qui passe son appel téléphonique», a déclaré M. Spooner.

«Un préposé peut alors déterminer, en fonction de ce point bleu ou de cet emplacement, les rues transversales ou le bâtiment dans lesquels se trouve cet utilisateur.»

Des informations concernant l'altitude sont également transmises, de sorte qu'un préposé peut avoir une idée approximative de l'étage auquel se trouve la personne qui appelle si elle se trouve à l'intérieur.

Le service n'est activé que lorsque le 911 est appelé et, comme la fonctionnalité ne sera utilisée que par les fournisseurs de services d'urgence, Google affirme qu'il ne verra jamais la localisation des utilisateurs. Les utilisateurs d'Android auront la possibilité de se désinscrire du service, a ajouté M. Spooner.

Google estime que le service, qui est gratuit, sera disponible sur 99,9 % des téléphones Android de version cinq ou plus récente.

L'accès au service ne dépend pas du fournisseur de services cellulaires auquel vous êtes abonnés, bien que Google se soit associé à BCE et Telus pour le lancement, car les entreprises de télécommunications sont les fournisseurs de réseau 911 du pays.

À la suite du lancement, les dossiers du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes montrent que Telus et BCE demandent l'autorisation de facturer à d'autres fournisseurs de services sans fil 0,0073 $ par abonné et par mois pour compenser le coût de déploiement du service de localisation d'urgence.

Combler une faille 

Ce service se déploie alors que l'industrie des télécommunications a vu ses efforts en matière de services d'urgence sous les projecteurs ces dernières années après que des millions de Canadiens n'ont pas pu joindre les services de police, les ambulanciers paramédicaux et les pompiers lorsque Rogers Communications a connu une interruption généralisée de son service en juillet 2022.

Bien que Bell et Telus aient offert leur aide à leur rival pendant la perturbation, Rogers n’a pas pu transférer ses clients vers des opérateurs concurrents et n’a pas pu connecter automatiquement les clients à un autre opérateur pour les appels au 911.

Afin de réduire le risque qu’une telle situation ne se reproduise, le gouvernement fédéral a ordonné aux entreprises de télécommunications d’élaborer un plan de secours.

Apple avait alors introduit son système d'urgence SOS sur certains iPhones en novembre 2022. Le système aide les personnes sans service cellulaire ou Wi-Fi à se connecter à un satellite pour signaler une urgence ou appeler à l'aide, même dans les endroits les plus éloignés.

Tara Deschamps, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Climat: le Groupe d’experts en adaptation remet ses recommandations

Les membres du Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) ont remis mardi matin leurs recommandations au gouvernement de François Legault. À l’automne 2023, le ministre de l’Environnement Benoit Charette avait annoncé la création d’un groupe d’experts dont le mandat est de conseiller le gouvernement sur l’adaptation aux ...

Il reste beaucoup à faire pour lutter contre l'antisémitisme, selon des universités

Quatre présidents d'université ont reconnu lundi que l'antisémitisme constituait un problème sur leurs campus, devant les députés fédéraux. Les députés ont interrogé les présidents de l'Université de Toronto, de l'Université McGill, de l'Université Concordia et de l'Université de la Colombie-Britannique sur leurs codes de conduite, leurs réponses ...

durée Hier 15h00

La Maison Jean Lapointe souhaite rejoindre les jeunes en ligne avec l'initiative TBH

La Maison Jean Lapointe a lancé une initiative pour rejoindre les jeunes sur les réseaux sociaux afin de prévenir les dépendances aux drogues et à l'alcool chez les 12 à 17 ans. L'initiative TBH, pour «To be honnête», permettra à l'organisme de continuer à atteindre les jeunes de cette tranche d'âge pendant les vacances scolaires. La Maison ...