Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Québec

Une action collective liée aux éclosions de COVID-19 dans les CHLD est autorisée

durée 12h00
23 janvier 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

 La Cour supérieure a autorisé une action collective contre les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) publics qui ont vécu des éclosions de COVID-19 en 2020 et 2021. 

Plus précisément, le tribunal autorise l'action collective pour «toute personne ayant résidé à tout moment entre le 13 mars 2020 et le 20 mars 2021 dans l’un des CHSLD publics du Québec dans lequel il y a eu une éclosion de 25 % et plus de cas de COVID-19, ainsi que leur conjoint, leur(s) aidant(s)  naturel(s), leurs enfants et leurs petits-enfants, de même que les héritiers et ayants droit des résidents décédés». 

Le demandeur, Jean-Pierre Daubois, avait déposé une demande d'action collective en avril 2020, après le décès de sa mère au CHSLD Sainte-Dorothée. 

Sa mère, Anna José Maquet, est décédée le 3 avril 2020 à l'âge de 94 ans. Selon le document de cour, la dame allait bien jusqu'au 3 avril au matin, lorsqu'elle a commencé à avoir des difficultés respiratoires. Selon le résumé de ses enfants, ils n'ont jamais pu voir le médecin ce jour-là et leur mère n'a pas reçu les soins requis dans sa condition. Son état s'est aggravé pendant la journée et elle est décédée en soirée. 

M. Daubois estime que les défendeurs – le CHSLD Sainte-Dorothée, les CIUSS, les CISSS, ainsi que le procureur général du Québec – ont omis de mettre en place le plan de 2006 de lutte contre les pandémies, d'adopter des plans régionaux pour les établissements et d'implanter des mesures pour lutter contre la pandémie. 

Il leur reproche également d'avoir pris des mesures qui ont eu pour conséquence de diminuer les soins à l'égard des patients, et même de leur en priver dans certains cas. Il critique aussi le transfert de patients des hôpitaux vers les CHSLD et le manque d'équipement de protection. 

Le demandeur réclame une somme de base de 40 000 $ pour tous  résidants des CHSLD, ainsi qu'un montant additionnel de 60 000 $ pour ceux qui ont été infectés à la COVID-19 et qui ont survécu. 

Pour les proches de défunts résidants «décédés des suites de la COVID-19 ou en raison d’une rupture ou de lacunes dans les soins de base d’hygiène, d’aide aux repas ou de mobilisation», un montant de 100 000 $ est réclamé pour le conjoint survivant (ou à la succession du défunt) et 30 000 $ pour chaque enfant du défunt. 

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Nouvelle stratégie pour limiter les dégâts d'un traumatisme craniocérébral

Une approche plus libérale aux transfusions sanguines permettrait aux personnes hospitalisées dans une unité de soins intensifs de recouvrer davantage d’indépendance fonctionnelle et une meilleure qualité de vie après un grave traumatisme craniocérébral, indique une étude pilotée par un chercheur au CHU de Québec. Six mois après leur accident, ...

Semaine de la mission académique et de la recherche du CISSS

La deuxième édition de la Semaine de la mission académique et de la recherche (SMAR) du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière, qui s'est tenue du 3 au 7 juin 2024, a connu un franc succès. C’est sous le thème « Cultiver le savoir; partager la connaissance » que s’est déroulée cette semaine spéciale ...

Les plus grandes banques du Canada continueront à investir dans le pétrole et le gaz

Les PDG des cinq plus grandes banques du Canada ont répété jeudi qu'ils s'engagent à contribuer à la transition énergétique alors qu'ils étaient interrogés par un comité parlementaire quant à leur impact sur les changements climatiques. Les dirigeants de la Banque Royale du Canada (RBC), du Groupe Banque TD, de BMO Groupe Financier, de la Banque ...