Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Consommation abusive

Les surdoses se multiplient chez les jeunes

durée 09h00
16 août 2023
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Un peu moins de 130 pédiatres canadiens ont pris en charge au cours des 24 derniers mois au moins un jeune âgé de 12 ans et plus qui avait été victime d'une surdose grave ou potentiellement mortelle d'opioïdes, de stimulants ou de sédatifs, révèle un nouveau sondage de la Société canadienne de pédiatrie.

Un millier de pédiatres ont participé à l'enquête. La vaste majorité d'entre eux, soit 934 médecins, ont indiqué s’occuper d’enfants et d’adolescents de 12 ans et plus, et 14 % de ceux-ci ont révélé avoir soigné au moins une surdose au cours des deux dernières années.

Les réponses fournies par ces 128 médecins révèlent qu'environ 60 % d'entre eux ont été confrontés à des surdoses de stimulants et de sédatifs, et qu'environ la moitié ont dû prendre en charge un patient victime d'une surdose d'opioïdes.

Au total, ces médecins ont vu 636 cas de surdose au cours des deux dernières années. On peut toutefois supposer qu'il ne s'agit que de la pointe de l'iceberg.

Ces chiffres, estime ainsi la Société canadienne de pédiatrie, sont inquiétants «sur le plan populationnel, notamment parce que ces données n’incluent pas les enfants et les adolescents qui n’ont pas obtenu de soins pédiatriques après une surdose ni ceux qui ont obtenu des soins d’un dispensateur de soins non pédiatriques».

Les pédiatres et les autres professionnels de la santé pédiatrique ont souvent l'impression que le problème des surdoses n'est pas un problème pédiatrique, a rappelé le docteur Nicholas Chadi, un spécialiste de la médecine de l’adolescence et un chercheur spécialisé en toxicomanie au CHU Sainte-Justine.

«Mais ce qu'on est en train de voir dans l'Ouest du Canada, c'est vraiment une tendance épidémiologique alarmante, a-t-il prévenu. La première cause de mortalité chez les adolescents, ce sont les surdoses. C'est vrai en Colombie-Britannique, ça commence à être vrai dans d'autres provinces de l'Ouest, et c'est quelque chose qui pourrait certainement arriver éventuellement au Québec.»

Les surdoses aux substances, a-t-il ajouté, sont devenues «un problème pédiatrique d'avant-plan» et il est impératif que les pédiatres soient en mesure non seulement d'aider à prévenir ces situations, mais aussi de traiter de manière appropriée les jeunes qui se présentent à l'urgence des hôpitaux.

Malheureusement, a dit le docteur Chadi, les pédiatres ne sont souvent pas formés pour reconnaître et prendre en charge des surdoses chez leurs patients.

«Il y a une possibilité que ça ne soit pas reconnu ou pas reconnu assez rapidement, a-t-il souligné. Il faut agir très rapidement pour renverser les effets d'une surdose aux opiacés. Des sondages comme celui-ci prouvent que les pédiatres n'ont pas le choix de s'informer, de s'éduquer, puis d'être prêts à intervenir.»

Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 mars 2024

Des bactéries intestinales nuiraient aux yeux

Des bactéries ayant migré des intestins jusqu'aux yeux pourraient être responsables, du moins en partie, de certaines maladies dégénératives de la rétine que l'on pensait jusqu'à présent être d'origine entièrement génétique, démontrent des travaux réalisés par des chercheurs britanniques et chinois. Cela soulève l'espoir que ces maladies puissent ...

28 février 2024

Des organismes s'inquiètent d’une montée de violence contre les jeunes LGBTQ+

Alors que se tient ce mercredi la Journée des chandails roses visant à sensibiliser contre l’intimidation dans les écoles, des organismes s’inquiètent d’une montée de la violence contre les jeunes de la communauté LGBTQ+.  Pour souligner cette journée, l’organisme communautaire Interligne invite la population à s’afficher avec un chandail rose en ...

28 février 2024

Un printemps qui s'annonce clément, selon les prévisions de MétéoMédia

Le printemps fera le bonheur des amoureux de l'été, mais risque de décevoir les adeptes de sports d'hiver alors que les températures s'annoncent plutôt clémentes pour une bonne partie du Québec et de l'Ontario, selon les prévisions de MétéoMédia. Les amateurs d'activités hivernales ne devraient pas fonder trop d'espoir sur les prochaines semaines ...