Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Projet pilote du ministère de la Santé

Mieux soigner les aînés en rapprochant les gériatres de la première ligne

durée 11h00
29 juin 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Avec sa démographie vieillissante, le Québec devra prendre soin de plus en plus d’aînés au cours des prochaines années. Dans le but de mieux traiter ces patients, un projet pilote sera déployé cet automne dans le réseau de la santé afin de créer des ponts entre les médecins gériatres et la première ligne.

Le projet de «gériatre répondant» est mené par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) en collaboration avec l’Association des médecins gériatres du Québec (AMGQ). L’initiative a également reçu un soutien financier de plus de 4,5 millions $ du fonds de l’Institut de la pertinence des actes médicaux (IPAM) pour la mise en place du projet pilote et le déploiement dans l’ensemble du réseau.

En réalité, ce n’est pas un, mais quatre projets pilotes parallèles qui seront lancés dans chacun des réseaux universitaires de santé et de services sociaux (RUISSS), c’est-à-dire dans les établissements associés à l’Université Laval, à l’Université McGill, à l’Université de Montréal et à l’Université de Sherbrooke.

La version pilote doit s’étendre de septembre 2023 à mars 2024, le temps de bien implanter la pratique et d’apporter les améliorations nécessaires en cours de route. Puis, le MSSS avance l’échéancier ambitieux de déployer un véritable programme dans tout le réseau à la fin de 2024.

De manière simple, on peut décrire la démarche comme une manière de rapprocher les médecins gériatres, une spécialité tertiaire, de la première ligne. Concrètement, les médecins de famille, les infirmières praticiennes spécialisées ou les équipes de soins à domicile pourront soumettre des cas de patients complexes à l’attention d'un spécialiste du vieillissement.

Afin de s’assurer de l’efficacité du processus, un intervenant pivot aura la charge d’analyser chacune des demandes avant de les soumettre au gériatre «de garde». Cet intermédiaire devra s’assurer que toutes les options ont été envisagées avant de faire appel au médecin gériatre. Il aura aussi la responsabilité de préparer les dossiers et de coordonner les horaires de consultation.

L’entente entre le ministère et l’AMGQ prévoit qu’un médecin gériatre soit disponible pour ces consultations du lundi au vendredi, de 8h à 17h.

Selon les données du MSSS, on compte environ 110 médecins gériatres dans le réseau québécois, ce qui est insuffisant pour répondre à l’ensemble des besoins dans chacune des régions.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Le gouvernement fédéral ne veut pas préciser si les entreprises d’intelligence artificielle devraient payer les médias d'information canadiens pour le contenu que leurs robots utilisent ouvertement. Le gouvernement libéral a fait adopter il y a un an la Loi sur les nouvelles en ligne, qui oblige les «géants du web» à négocier des accords avec les ...

Un nouvel outil en santé mentale est lancé pour la dépression post-partum

Un outil pour appuyer les nouveaux parents lorsqu'ils rencontrent des défis émotionnels durant la grossesse et après a été lancé lundi matin. Le ministre responsable des Services sociaux, Lionel Carmant, en a fait l'annonce au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine. Selon l'Observatoire pour l'éducation et la santé des enfants, les ...

14 juin 2024

Nouvelle stratégie pour limiter les dégâts d'un traumatisme craniocérébral

Une approche plus libérale aux transfusions sanguines permettrait aux personnes hospitalisées dans une unité de soins intensifs de recouvrer davantage d’indépendance fonctionnelle et une meilleure qualité de vie après un grave traumatisme craniocérébral, indique une étude pilotée par un chercheur au CHU de Québec. Six mois après leur accident, ...