Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

En lock-out depuis presque 14 mois

Un 2e rejet unanime des membres d'Unifor à la cimenterie Ash Grove

durée 17h00
17 juillet 2022
Marie-Eve Buisson
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Marie-Eve Buisson, Journaliste

Le conflit perdure entre les membres d'Unifor et la cimenterie Ash Grove détenue par CRH.

Suite à une seconde offre patronale présentée au comité de négociation la semaine dernière, les membres des unités de la production et des bureaux de la section locale 177 d'Unifor ont une fois de plus, rejeté la proposition lors d'une assemblée tenue hier soir.

« C'est quand même exceptionnel qu'un groupe en lock-out depuis presque 14 mois rejette à 100 % une offre patronale. Le résultat est explicite quant à la détermination des gens. J'espère que l'employeur va enfin réaliser que s'il veut réellement régler ce conflit et redémarrer entièrement la cimenterie, il doit revoir ses positions. Il doit notamment retirer ses demandes de concessions relatives à la sous-traitance et à la flexibilité qui sont des irritants majeurs pour nous », a déclaré Renaud Gagné, ancien directeur québécois et porte-parole du comité de négociation.

Pour Joël Vigeant, représentant national au dossier « même si l'employeur offrait de rappeler tous les salariés, c'est une offre moins généreuse que celle de décembre. Offre qui avait aussi été refusée à l'unanimité au début de janvier. Non seulement l'employeur maintient ses nombreuses demandes de concessions mais en plus, il en rajoute et offre moins monétairement aux gens. Ça explique essentiellement les motifs de la décision des membres », dit-il.

Le président de l'unité de la production, Éric Giasson a pour sa part commenté « tant et aussi longtemps que l'employeur ne sera pas respectueux du travail de ses salariés, ce sera difficile de s'entendre. Avec le vote d'hier soir, l'employeur devra modifier son cahier de demandes, car clairement les membres n'en veulent pas ».

Les représentants syndicaux vont communiquer avec le service de conciliation du ministère du Travail afin de voir comment reprendre la négociation pour la suite des choses.

Historique du conflit

Les membres de la section locale 177 sont en lock-out depuis le 22 mai 2021. Même si des pourparlers se sont poursuivis avec l'employeur au fil des mois, de nombreux points sont toujours en litige.

« L'employeur tente d'arracher de nombreuses concessions aux membres de la section locale notamment sur la question de la sous-traitance », expliquent les membres d'Unifor.

À propos d'Unifor

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Québec et au Canada représentant plus de 315 000 membres dans tous les secteurs de l'économie. Au Québec, Unifor représente plus de 52 000 membres et est affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 10h30

COVID-19: peu de recours jusqu'ici aux doses de rappel de vaccination

En date de mercredi, seulement 56 % des Québécois âgés de cinq ans et plus avaient reçu une troisième dose de vaccin contre la COVID-19, une proportion inchangée depuis des mois alors que le Québec se prépare à une nouvelle campagne de vaccination avant une éventuelle autre vague  d'infections cet automne. Des responsables gouvernementaux croient ...

11 août 2022

Les bioplastiques attirent des milliards de dollars en investissements

Au moment où la planète est de plus en plus troublée par l'impact négatif persistant sur l'environnement des plastiques fabriqués par les usines pétrochimiques, des entreprises investissent des milliards de dollars pour accélérer la production de plastiques à partir de produits naturels et renouvelables qui pourront être compostés en toute sécurité ...

11 août 2022

Les Canadiens tiennent plus à leur langue qu'à leurs autres identités

Un nouveau sondage révèle que plus de Canadiens déclarent un fort attachement à leur langue principale qu'à tout autre marqueur d'identité, y compris le pays en tant que tel. L'enquête menée par la firme Léger pour l'Association d'études canadiennes précise que 88 % des répondants ont déclaré un fort sentiment d'attachement à leur langue ...