Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pour favoriser l'intégration des jeunes sur le marché du travail

Une nouvelle image et friperie pour le Carrefour jeunesse-emploi

durée 14h00
2 mai 2022
Marie-Eve Buisson
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Marie-Eve Buisson, Journaliste

Le Carrefour jeunesse-emploi a célébré vendredi dernier son 25e anniversaire avec un changement d’image et l’inauguration d’un projet, soit Placard et cie, une friperie-café à vocation sociale.

C’est en présence du premier ministre du Québec et député de L’Assomption, François Legault, ainsi que de nombreux invités que le Carrefour jeunesse-emploi L’Assomption (CJELA) a lancé sa nouvelle identité visuelle.

« Je suis très content qu’on ait pu contribuer à la réalisation du tout nouveau projet du Carrefour jeunesse emploi. J’invite les gens de la région à s’y rendre! Vous allez découvrir un magasin magnifique avec des gens dévoués. Et vous allez surtout encourager des jeunes qui en ont besoin. C’est le temps de s’allier pour nos jeunes. », a précisé François Legault. 

C'est aussi ce que pense Lise Lavallée, députée de Repentigny. « Nous sommes fiers de contribuer à ce projet novateur, qui aura un impact positif sur le développement des compétences, le parcours professionnel et l’employabilité des jeunes de notre région. Lorsque nos jeunes s’épanouissent, tant dans leur vie personnelle que sur le marché du travail, c’est toute la communauté qui y gagne », dit-elle.

Une nouvelle image

La nouvelle identité visuelle, qui se déploiera au cours des prochains mois dans une campagne publicitaire qui mettra en valeur la MRC L’Assomption, reflète le Carrefour jeunesse-emploi L’Assomption d’aujourd’hui.

« La forme circulaire du logo fait référence au mouvement qui nous permet d’être toujours en action et de nous adapter aux changements et à la réalité de nos jeunes et des employeurs! » souligne François Girouard, directeur adjoint du Carrefour.

Pour Josée Mailot, directrice général de Placard & cie, le symbole cache un clin d'oeil qui représente le côté accueillant de l'équipe. « Chaque jeune est le bienvenu au CJELA et ce, avec son propre bagage », mentionne-t-elle.

Placard & cie, située au 10 Notre-Dame, local 104 à Repentigny a comme objectif de rendre accessible des vêtements professionnels à la communauté. C'est aussi un projet d’insertion sociale qui vise à favoriser l’intégration des jeunes de 16-35 ans sur le marché du travail. Les heures d’ouverture sont du mercredi au vendredi de 9 h à 16 h.
 

Photo: François Girouard, directeur adjoint du CJELA, Josée Mailhot, directrice générale du CJELA, François Legault, premier ministre du Québec et député de L'Assomption, Lise Lavallée, députée de Repentign et Alain Raîche, directeur de la Caisse Desjardins Pierre-Le Gardeur.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 septembre 2022

La famille de Joyce Echaquan réclame près de 2,7 millions $ en dommages

La famille de Joyce Echaquan réclame près de 2,7 millions $ en dommages intérêts et en dommages punitifs au CISSS de Lanaudière, à la docteure Jasmine Thanh et à l’infirmière Paule Rocray pour l’ensemble des gestes posés qui ont mené au décès de la mère de famille de 37 ans. Joyce Echaquan est décédée le 28 septembre 2020 à l’hôpital de Joliette ...

29 septembre 2022

Il sera possible de se faire vacciner pour la COVID-19 et l'influenza en même temps

Le directeur de la Santé publique le Dr Luc Boileau était de retour devant les médias après trois semaines sans avoir tenu de point de presse. Il a été question de la situation épidémiologique de la COVID-19 et de la campagne de vaccination contre l’influenza.  Le Dr Luc Boileau indique que la rentrée a été plus clémente que dans les deux ...

25 septembre 2022

Un comité parlementaire examine l'aide médicale à mourir et les troubles mentaux

Une psychiatre a déclaré devant le comité mixte spécial du Parlement sur l'aide médicale à mourir que les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent souffrir pendant des décennies et que leur détresse est tout aussi valable que celle d'une personne souffrant de douleurs physiques. Les personnes souffrant «uniquement» de troubles mentaux ...