Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Association des groupes de ressources techniques du Québec

Une reconnaissance de l'habitation communautaire qui ravit tout en maintenant une inquiétude

durée 08h00
10 avril 2022
Angelique Villeneuve
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Angelique Villeneuve, Journaliste

L’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ) se dit heureuse de constater que le budget fédéral considère l’habitation communautaire comme un moyen efficace de maintenir l’abordabilité des logements à long terme.
 
« Nous sommes content de voir le logement comme l’un des trois piliers du budget fédéral 2022. La mobilisation en faveur de l’habitation communautaire démontre une réelle reconnaissance des organismes visant au développement des coopératives et des OBNL d'habitation », mentionne Éric Cimon, directeur général de l’AGRTQ.
 
Une inquiétude demeure tout de même quant au financement de 1,5 milliards $ de la troisième phase de l’Initiative pour la construction rapide de logements (ICRL), déjà annoncée par le Ministre du Logement, de la Diversité et de l’Inclusion, Ahmed Hussen. Malgré l’urgence d’agir, l'association espére que les délais de réalisation de cette initiative seront allongés car de bons projets mobilisateurs dans les communautés prennent plus de 12 mois pour se réaliser.
 
Bien que l’AGRTQ salue la démarche, Éric Cimon précise que l'association n'a pas le luxe d’attendre une nouvelle entente fédérale–provinciale comme cela a été le cas par le passé.

L’AGRTQ souhaite que l’argent annoncé pour le logement social et communautaire soit rapidement investi dans le programme AccèsLogis qui répond aux objectifs du gouvernement fédéral et qui est plus adapté aux besoins en logement de l’ensemble du Québec.

« Notre réseau compte actuellement près de 10 000 unités prêtes à être développées et qui sont toujours en attente de financement », explique-t-il.
 
Même si les investissements du gouvernement fédéral en matière de logement représentent un pas dans la bonne direction, l’AGRTQ rappelle les besoins urgents d’un Québec en pleine crise du logement.

« Nous saluons les initiatives contenues dans le budget, mais ces investissements sont encore loin de régler la crise du logement.  Il faut rappeler que ce sont 244 120 ménages locataires qui ont encore des besoins impérieux en logement au Québec aujourd‘hui » de conclure M. Cimon.
 
Rappelons que l’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ) représente un réseau d’entreprises d’économie sociale, les Groupes de ressources techniques (GRT), et veille au financement et au développement de l’habitation communautaire partout au Québec afin de répondre aux besoins actuels des ménages à faible et modeste revenu.

L’AGRTQ agit comme agent mobilisateur auprès de ses membres et de ses partenaires dans le but de promouvoir l’habitation communautaire.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 septembre 2022

La famille de Joyce Echaquan réclame près de 2,7 millions $ en dommages

La famille de Joyce Echaquan réclame près de 2,7 millions $ en dommages intérêts et en dommages punitifs au CISSS de Lanaudière, à la docteure Jasmine Thanh et à l’infirmière Paule Rocray pour l’ensemble des gestes posés qui ont mené au décès de la mère de famille de 37 ans. Joyce Echaquan est décédée le 28 septembre 2020 à l’hôpital de Joliette ...

29 septembre 2022

Il sera possible de se faire vacciner pour la COVID-19 et l'influenza en même temps

Le directeur de la Santé publique le Dr Luc Boileau était de retour devant les médias après trois semaines sans avoir tenu de point de presse. Il a été question de la situation épidémiologique de la COVID-19 et de la campagne de vaccination contre l’influenza.  Le Dr Luc Boileau indique que la rentrée a été plus clémente que dans les deux ...

25 septembre 2022

Un comité parlementaire examine l'aide médicale à mourir et les troubles mentaux

Une psychiatre a déclaré devant le comité mixte spécial du Parlement sur l'aide médicale à mourir que les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent souffrir pendant des décennies et que leur détresse est tout aussi valable que celle d'une personne souffrant de douleurs physiques. Les personnes souffrant «uniquement» de troubles mentaux ...