X
Rechercher
Publicité

Un peu d'histoire quant à notre langue aux mille accents

Dévoilement de la thématique de la Fête nationale du Québec cette année

durée 08h00
8 avril 2022
Angelique Villeneuve
durée

Temps de lecture :

4 minutes

Par Angelique Villeneuve, Journaliste

Bien que la pandémie ne soit pas totalement une histoire du passé, c’est le cœur rempli d’espoir que le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ) et le Comité de la Fête nationale du Québec à Montréal (CFN) présentent avec fierté la thématique 2022 de la Fête nationale du Québec.

Selon le MNQ et le CFN, c’est notre langue aux mille accents qui animera les célébrations du 23 et 24 juin prochain, par ses expressions plus colorées les unes que les autres faisant partie de la culture de la province et de son héritage, auxquels donner une place d’honneur.

« Cette année, on se retrouve enfin, avec la hâte de jouer de la musique à bouche, de swingner la bacaisse dans l’fond de la boîte à bois, de se mettre sur notre 36, un soir de Saint-Jean, comme avant, pour se dire en se bécotant qu'on est passé à travers », expriment les équipes organisatrices.

Pour cette édition qui se veut rassembleuse, la campagne se décline en quatre affiches avec comme slogan Notre langue aux mille accents. Quatre expressions bien festives et invitant à la Fête sont illustrées de façon vivante et ludique. Ces visuels rappellent les hivers enneigés du Québec, sa force dans l’adversité, ses soirées d’été endiablées et son sens de la fête.

Cette année, la Fête nationale a envie de dire aux Québécois.es Attache ta tuque, sois vite sur tes patins, tire-toi une bûche et lâche ton fou!

« La fête nationale, c’est le moment où le Québec parle d’une seule voix pour afficher l’amour de sa culture, de son histoire et de sa langue. J’invite les Québécoises et les Québécois à célébrer cette langue, notre langue, qui nous est si chère », a indiqué Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications.

« Merci aux organisateurs de la fête nationale, le Mouvement national des Québécoises et Québécois ainsi que le Comité de la Fête nationale du Québec à Montréal de nous proposer une thématique si riche. Elle nous permettra de lâcher notre fou et de célébrer ensemble tout ce qui nous rend si fiers d’être Québécois! » a-t-elle poursuivi.

C’est en partenariat avec le gouvernement du Québec que des célébrations de la Fête nationale peuvent être organisées aux quatre coins du Québec. C'est pourquoi le MNQ et le CFN le remercie pour sa confiance renouvelée à faire de la Fête un moment précieux pour toutes les Québécoises et tous les Québécois.

La Fête nationale invite toute la population à s’abreuver des expressions d’ici et à venir festoyer fièrement sur l’un des nombreux sites.

Notons qu'il est conseillé de rester à l’affût, puisqu'il sera annoncé de bonnes nouvelles dans les prochaines semaines.

Pour toute personnes ou entreprises qui souhaitent se procurer des affiches officielles, joindre l’adresse [email protected]

Pour plus d'informations, consulter les sites Web fetenationale.quebec et fetenationale-montreal.qc.ca


Des expressions originales que l'histoire a installées

Lâche ton fou.
Quelle belle expression québécoise imagée que celle-ci ! Il faut dire que les Québécois.es sont bien reconnus pour être de bons vivants.

Apparue dans la littérature à la fin des années 20, on la retrouve dans le Glossaire du parler français au Canada, p. 415, éditée en 1930. Qu’il s’agisse d’exploser de rire ou de se coucher aux petites heures, cette expression est synonyme de s’amuser, de se laisser aller au plaisir, comme on sait si bien le faire.

Attache ta tuque. 
Utilisée à partir des années 30 pour dire aux personnes en traîneau ou en calèche de faire attention de ne pas perdre leur tuque en raison de la vitesse, elle est devenue une expression signifiant de se préparer à quelque chose de grand, qui peut être le meilleur comme le pire.

On entend souvent une variante plus récente, depuis le début des années 80, soit Attache ta tuque avec d’la broche, utilisée dans certaines régions, qui donne une couleur toute spéciale à cette expression.

Sois vite sur tes patins.
Utilisée plus régulièrement dans la parlure québécoise depuis les années 50, elle fait son apparition dans un journal en 1908. Un journaliste exposant avec cette expression, la rapidité d’un concurrent pendant une course à patins.

Ce visuel fait également référence à l’une des grandes fiertés des Québécois.es, soit leur sport national, le hockey. On dit que quelqu’un est vite sur ses patins quand il comprend une réalité rapidement et qu’il peut alors avoir une répartie vive et intelligente.

Tire-toi une bûche.
Expression bien de chez nous qui trouve son origine durant la période de la colonisation des Français en Amérique du Nord, alors que les conditions de vie des colons étaient précaires et les sièges étaient souvent remplacés par de simples bûches taillées à la hauteur nécessaire.

Tire-toi une bûche signifiait donc attrape une bûche pour t’asseoir dessus. L’expression est restée aujourd’hui, bien que les intérieurs soient plus confortables et les bûches plutôt destinées aux feux de foyer et aux feux de joie.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Variole simienne: la Santé publique explique les mesures à prendre

Le Dr Luc Boileau a tenu une conférence de presse aujourd’hui pour venir expliquer aux citoyens comment reconnaître la variole simienne ou communément appelée variole du singe et quelles mesures devrait-on prendre.  Il a débuté en mentionnant que nous étions loin de la contagiosité et de l’ampleur de la COVID-19, mais qu’il était bon de ...

Joliette reconnue pour sa préservation de la biodiversité

La Ville de Joliette a reçu le 17 mai dernier une attestation de niveau 2 et 2 étoiles pour la préservation et la mise en valeur de la biodiversité, lors du Salon des technologies environnementales du Québec. Organisé par Réseau Environnement, le Salon tenait sa toute première cérémonie de reconnaissance du programme d’excellence pour la ...

durée Hier 17h00

Les journalistes souffrent de niveaux «alarmants» de stress, suggère un sondage

Les travailleurs canadiens de l’information souffrent de niveaux «alarmants» de stress et de traumatismes liés au métier, selon un nouveau rapport, et les chercheurs réclament un soutien accru pour aider les journalistes à faire face à la couverture de la COVID−19 et d’autres crises dans l’actualité. Les résultats, basés sur 1251 réponses ...