X
Rechercher
Publicité

Des nouveautés quant à la maladie de Parkinson

Rappel de sécurité concernant les pesticides par la CNESST

durée 08h00
4 avril 2022
Angelique Villeneuve
durée

Temps de lecture :

3 minutes

Par Angelique Villeneuve, Journaliste

En vue de la prochaine saison des récoltes, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) tient à rappeler que les pesticides présentent des risques pour la santé et la sécurité et peuvent entraîner, entre autres, des intoxications, des brûlures chimiques, des maladies chroniques ou même la mort.

Les agriculteurs.trices peuvent être exposés.ées aux pesticides et sont susceptibles d’avoir une atteinte à leur santé liée à l’utilisation de ces produits dans le cadre de leur travail. Il est essentiel que des mesures soient mises en place pour protéger la santé des travailleuses et des travailleurs qui les utilisent.

Évitez les pesticides ou utilisez sécuritairement les produits les moins toxiques La démarche de prévention préconise d’abord l’élimination du danger à la source. En d’autres termes, de ne pas utiliser de pesticides. Si cela n’est pas possible, d’autres mesures de prévention peuvent être mises en place pour réduire le risque selon un palier d’efficacité.

Le port d’équipements de protection individuelle (EPI) est l’un des moyens, mais d’autres mesures doivent être considérées au préalable. Faute de pouvoir éviter l’utilisation de produits dangereux, plusieurs mesures de prévention peuvent être mises en place, dont le choix de produits moins nocifs pour la santé et un temps d’exposition plus limité.

L’étiquette du produit et la fiche de données de sécurité restent des incontournables pour prendre connaissance des renseignements sur les risques pour la santé et pour choisir les produits les moins nocifs pour l’humain. Ensuite, pour chacune des étapes du travail, il faut vérifier la façon dont l’exposition des utilisateurs peut être réduite efficacement.

Une combinaison de plusieurs mesures, telles que la réduction du nombre de traitements, l’aménagement des installations et le choix des équipements et des méthodes de travail, dont le port des EPI, peut être requise.

Il est également de mise de suivre une formation avant de manipuler des pesticides pour connaître les mesures de prévention à mettre en place pour réduire et contrôler les risques. Enfin, après en avoir manipulé, il est important de se laver les mains.
 

Des nouveautés concernant la maladie de Parkinson

À la suite de la sanction de la Loi modernisant le régime de santé et de sécurité du
travail (LMRSST), la maladie de Parkinson a été ajoutée à la liste des maladies bénéficiant d’une présomption de maladie professionnelle dans le Règlement sur les maladies professionnelles.

Ainsi, si certaines conditions sont respectées, les travailleurs et travailleuses agricoles ainsi que tous les autres travailleurs québécois qui doivent manipuler des pesticides n’auront plus à démontrer le lien entre la maladie de Parkinson et l’exposition aux pesticides pour être indemnisés par la CNESST.

De plus, pour que la maladie de Parkinson puisse bénéficier de la présomption de maladie professionnelle , la LMRSST prévoit les critères suivants :

● Le travailleur doit avoir exercé un travail impliquant une exposition d’une durée minimale de 10 ans aux pesticides.

● Le diagnostic ne doit pas avoir été établi plus de 7 ans après la fin de l’exposition aux pesticides.

● Un travail implique une exposition aux pesticides :
• lorsqu’il y a manipulation ou emploi de pesticides par contact ou inhalation;
• lorsqu’il y a contact avec des cultures, des surfaces ou des animaux traités ou avec des machines utilisées pour l’application de pesticides.

Par ailleurs, rappelons que pour toute réclamation, le travailleur a six mois pour déposer sa requête à la CNESST à partir du moment où il est porté à sa connaissance qu’il est atteint d’une maladie professionnelle.

« Protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique et psychique des travailleuses et travailleurs agricoles sont une priorité. D’ailleurs, la reconnaissance de la maladie de Parkinson parmi les maladies professionnelles en est un exemple concret. J’invite les agriculteurs à adhérer à la CNESST pour profiter de la protection en cas de lésion professionnelle », a annoncé Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Inclusion et ministre responsable de la région de la Mauricie.

« La CNESST est consciente du risque de travailler avec des pesticides et invite les agricultrices et agriculteurs à la plus grande prudence. Nous allons continuer de les informer afin de favoriser la prise en charge efficiente de la santé et de la sécurité du travail par leurs milieux. La santé et la sécurité sont nos priorités », à déclaré Manuelle Oudar, présidente-directrice générale de la CNESST.

Pour plus d’information, visiter le site Web à l'adresse cnesst.gouv.qc.ca, ou suivre la CNESST sur les réseaux sociaux.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Les journalistes souffrent de niveaux «alarmants» de stress, suggère un sondage

Les travailleurs canadiens de l’information souffrent de niveaux «alarmants» de stress et de traumatismes liés au métier, selon un nouveau rapport, et les chercheurs réclament un soutien accru pour aider les journalistes à faire face à la couverture de la COVID−19 et d’autres crises dans l’actualité. Les résultats, basés sur 1251 réponses ...

Journée de patrouille avec la SQ et le conseiller municipal Robert Pellerin

Dans le cadre de la Semaine de la police le 17 mai dernier, l’agent Steve Desrochers, policier-patrouilleur au poste secondaire de la MRC de d’Autray, a patrouillé en compagnie de Robert Pellerin, conseiller municipal et responsable de la sécurité publique de la Ville de Lavaltrie. Au cours de leur patrouille, ils ont abordé de nombreux dossiers ...

Retour sur le vernissage de l'exposition temporaire de Saint-Jacques

La Municipalité de Saint-Jacques a procédé au vernissage de l’exposition temporaire intitulée Mémoire de l’érablière : rencontres autour de la raquette du sucrier, qui s'est tenue le 19 mai dernier à la Maison de la Nouvelle-Acadie. L'exposition demeurera du 1 er juin au 10 octobre prochain, et sera accessible tous les mercredis de 13 h à ...