X
Rechercher
Publicité

Chaque adulte est concerné par le dépistage du cancer du sein dit la FCSQ

durée 11h00
14 mars 2022
Angelique Villeneuve
durée

Temps de lecture :

5 minutes

Par Angelique Villeneuve, Journaliste

La Fondation cancer du sein du Québec (FCSQ) déploie sa nouvelle campagne de sensibilisation auprès des jeunes femmes, du 14 mars au 24 avril, à travers tout le Québec.

En 2021, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que le cancer du sein était désormais le cancer le plus répandu dans le monde. 

En effet, au Québec, le cancer du sein est le cancer le plus diagnostiqué chez les femmes de 30 à 49 ans, pourtant peu de sensibilisation est faite auprès de celles-ci.

C’est également la cause principale de décès par cancer pour ce même groupe d’âge.

Ainsi, nommée C’est pas juste un cancer de matante, la campagne vise à sensibiliser les jeunes femmes, ainsi que les médecins de famille, aux risques de cancer du sein chez les femmes de 30 à 49 ans.

« Au cours des dernières années, nous avons remarqué à la Fondation que des femmes de plus en plus jeunes reçoivent un diagnostic de cancer du sein », constate Karine-Iseult Ippersiel, présidente-directrice générale de la Fondation cancer du sein du Québec

« La situation est préoccupante et nous considérons qu’il est de notre devoir d’agir et de faire circuler l’information afin que les jeunes femmes se sentent concernées plus tôt par la maladie et soient vigilantes devant les signes et symptômes », ajoute-t-elle.

« C’est d’autant plus important puisque le cancer du sein s’avère habituellement plus agressif chez les jeunes femmes », insiste-t-elle.

Pour cette campagne, la Fondation emploie un ton direct et percutant, qui se dégage dans le titre notamment C’est pas juste un cancer de matante. Observe tes seins, t’es pas trop jeune.

Soulignons que l’utilisation du terme « matante » ne vise pas à stigmatiser les femmes plus âgées qui sont également touchées par le cancer du sein, mais plutôt à susciter une réaction et une prise de conscience chez les femmes d’un âge moins avancé. 

Celles-ci ont possiblement vu des femmes plus âgées de leur entourage, dont des tantes, vivre avec un cancer du sein et ne pensent pas nécessairement qu’elles puissent être sujettes, elles aussi, à en développer un. 

La campagne mise donc sur ce référent auquel plusieurs jeunes femmes pourront s’identifier.

De plus, il est important de noter que le cancer du sein peut aussi toucher les hommes, car même si ceux-ci représentent moins de 1 % des cas au Québec, ce 1 % est toutefois 1 % de trop, et ils sont alors encouragés à porter attention à leur santé.
 

Des réflexes indispensables à développer chez tous

La FCSQ à donc créé cette nouvelle campagne de sensibilisation, afin d’encourager les jeunes femmes et leurs médecins de famille à s’informer, à ouvrir la discussion avec leur entourage et à être vigilants face aux signes et symptômes du cancer du sein.

En pratiquant l’observation des seins, comme le recommande la Fondation, les femmes apprendront à connaître leurs seins et seront capables de reconnaître les changements récents et persistants qui méritent une investigation plus approfondie.

Grâce à cette vigilance, elles pourront prendre action rapidement en consultant leur médecin de famille ou en appelant la FCSQ pour obtenir du soutien.

Aussi, la scénariste, auteure et comédienne Sarah-Maude Beauchesne a choisi de s’impliquer en tant qu’ambassadrice de la campagne de sensibilisation pour aider à faire connaître cette réalité et à encourager les femmes de son entourage et de sa communauté à être à l’écoute de la santé de leurs seins.

« À presque 32 ans, j'ai besoin de prendre conscience que le cancer du sein peut m'atteindre moi aussi, là, maintenant, explique Sarah-Maude Beauchesne. J'ai besoin de rester alerte, de passer le mot, d'en parler avec mes amies, avec mes sœurs, pour qu'ensemble on prenne soin de nos seins. »
 

Une lacune au niveau de la prévention au Québec

Le manque de sensibilisation aux risques de cancer du sein chez les jeunes femmes est notamment une conséquence du peu de prise en charge qui est faite dans la province. 

Au Québec, le Programme québécois de dépistage en cancer du sein (PQDCS) débute à 50 ans.

Les femmes dans cette tranche d’âge sont invitées à passer une mammographie de dépistage à chaque deux (2) ans. 

Celles ayant moins de 50 ans n’ont cependant pas accès à un dépistage préventif. 

Il est important de rappeler qu’en posant un diagnostic de cancer du sein plus rapidement, les chances de survie augmentent. Par exemple, pour un cancer du sein traité à un stade précoce, le taux de survie à 5 ans est de 99 %.

C’est pourquoi la sensibilisation et la prévention deviennent des outils éducatifs primordiaux auprès des jeunes femmes. Voilà pourquoi, il est essentiel que ces dernières pratiquent l’observation des seins à la maison.

Bien que la plupart des changements décelés par palpation des seins ne soient pas cancéreux, il est essentiel de demeurer prudente et informée. 

De plus, les inquiétudes et préoccupations des femmes concernant la santé de leurs seins devraient être entendues par les professionnels de la santé, peu importe l’âge des patientes. 

Selon la FCSQ la sensibilisation est la clé d’un dépistage précoce qui permet de sauver plusieurs vies.

C’est aussi ce que pense Émilie Jubinville, une jeune femme ayant combattu un cancer du sein triple négatif à l’âge de 27 ans en disant « L’observation des seins, c’est essentiel pour la santé des femmes. Il ne faut pas prendre pour acquis que ça arrive juste aux autres. Plus on est jeune, plus c’est agressif, plus c’est important. Deux minutes dans ta semaine. Ça peut te sauver la vie. »

Les statistiques actuelles indiquent qu’au Québec, si la tendance se maintient, une femme sur huit (8) développera un cancer du sein au cours de sa vie, et une femme sur 34 en mourra.

Pour toute question en lien avec le cancer du sein, chacun est invité à communiquer avec son médecin de famille ou avec la FCSQ au 1-855-561-ROSE.

Notons que la campagne prend la forme d’une offensive bilingue qui sera déployée sur le web, les réseaux sociaux, en affichage, et à la radio et sera soutenue par une campagne de relations publiques.

Rappelons aussi que la Fondation cancer du sein du Québec est le seul organisme philanthropique qui s’assure que les retombées de ses investissements en recherche dans la lutte au cancer du sein sont investies ici, au Québec. 

Depuis plus de 27 ans, elle a ainsi récolté plus de 57,5 millions $ qui ont été distribués à travers la province, au profit d’une recherche de pointe et pour défendre les intérêts des personnes atteintes du cancer du sein et leurs proches. 

Par l’entremise de la recherche et l’innovation, du soutien, et de la sensibilisation, elle place au cœur de sa mission les personnes directement concernés. 

Chercheurs, bénévoles, employés, donateurs et familles, tous liés par le même espoir : un avenir où l’on ne meurt plus du cancer du sein.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Des travaux d’asphaltage sont prévus à Lavaltrie à partir du 29 mai

Le ministère des Transports informe que des travaux d’asphaltage seront réalisés sur les bretelles situées au carrefour des autoroutes 31 et 40 à Lavaltrie, à compter du 29 mai, pour une durée de six semaines. Durant ce chantier, des fermetures complètes de bretelles sont à prévoir la nuit. Des chemins de détour seront proposés aux usagers de la ...

durée Hier 18h00

Sept bourses ont été remises à des étudiants en musique à Joliette

Le département de musique du Cégep régional de Lanaudière à Joliette a soutenu la réussite de ses étudiantes et étudiants en remettant sept bourses, d’une valeur totale de 1 250 $, lors du Concert classique du 16 mai dernier. La bourse des enseignants a été remise à 3 étudiantes et étudiants de première année qui ont obtenu les meilleurs ...

durée Hier 15h30

Réouverture du service d'infirmière en milieu rural dans la MRC de Joliette

La MRC de Joliette et le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière annoncent la réouverture du service d’infirmière en milieu rural. Ce service qui permettra aux personnes âgées de 55 ans et plus des sept municipalités rurales de la MRC de Joliette, soit Village Saint-Pierre, Crabtree, Saint-Paul, Saint-Thomas, ...