Publicité

29 décembre 2021 - 16:00

Éduc'alcool

Boire avec modération pour ne pas gâcher votre temps des Fêtes

Par La Presse Canadienne

La quantité de rassemblements et le nombre d’invités autour d’une même table ont beau être réduits en ce moment, la consommation d’alcool demeure pour plusieurs au cœur des célébrations des Fêtes, mais celle−ci doit rester modérée, rappelle Éduc’alcool. 

«Il y a 85% des Québécois qui consomment au moins occasionnellement de l’alcool et il faut croire qu’au cours des réveillons c’est le moment où ils sont les plus nombreux à consommer. Qu’on soit à 6, à 10 ou à 25, en règle générale, ça ne change pas grand−chose pour la grande majorité des gens», mentionne le directeur général de l’organisme, Hubert Sacy, précisant que le deux tiers des Québécois ont conservé leurs habitudes de consommation depuis le début de la pandémie. 

Durant le mois de décembre, la quantité de verres alcoolisés ingérée a tendance à augmenter un peu partout au Québec, sans pour autant que les gens excédent les limites recommandées, indique M. Sacy. 

Mais pour les personnes ayant l’habitude de boire avec peu de modération, des festivités moins nombreuses ou en plus petits groupes ne changeront rien, ajoute−t−il.

S’il n’y a «rien de mal» à prendre de l’alcool dans le temps des Fêtes, l’excès peut devenir moins amusant, fait valoir M. Sacy. 

«Ce n’est pas la modération qui gâche la fête, c’est l’abus qui gâche la fête. C’est le gars qui commence à faire des farces plates, qui est désagréable pour les gens avec qu’ils se trouvent, qui va jusqu’à des fois commettre des gestes de violence», dit−il. 

Conseils

M. Sacy donne quelques conseils pour contrôler sa consommation. Il propose de manger un peu avant de commencer à boire de manière à permettre une absorption plus lente de l’alcool dans le sang. 

Pour ralentir la digestion et prendre le temps de déguster, M. Sacy conseille aussi de boire lentement. Il recommande également d’alterner un verre d’alcool avec une boisson non alcoolisée comme de l’eau ou un mocktail pour éviter la déshydratation et les lendemains de veille. 

Il est fondamental, soutient M. Sacy, de compter son nombre de verres, peu importe si vous devez prendre le volant ou non. «Attendons que les verres se vident avant de les remplir de nouveau, c’est la seule façon qui permet aux gens de compter la quantité d’alcool qu’ils vont consommer», affirme−t−il.  

Les limites recommandées par Éduc’alcool sont de deux verres par jour pour les femmes et de trois pour les hommes. Par semaine, le maximum est respectivement de 10 et de 15. 

«Et on ne boit pas tous les jours bien sûr. (...) Mais en fait la grande limite c’est sachez quand vous arrêtez pour vous−mêmes. Si au bout d’un verre ou deux vous en avez assez, bien arrêter−là», précise M. Sacy. 

Cannabis et alcool: «pas bon pour la santé»

Éduc’alcool recommande par ailleurs d’éviter de consommer à la fois alcool et cannabis, puisque «c’est une très mauvaise idée», affirme Hubert Sacy. 

«Les effets de l’alcool et du cannabis ne s’additionnent pas, ils se multiplient.»

La marijuana ralentit la métabolisation de l’alcool alors que cette dernière élargit les vaisseaux sanguins, avance M. Sacy.

«Et lorsqu’on fume en même temps que l’on boit, le cannabis va pénétrer beaucoup plus rapidement dans notre corps parce que ces vaisseaux sanguins ont été élargis. Donc, ça va faire un effet de buzz un peu plus rapide, mais ce n’est pas bon du tout pour la santé», explique le directeur général d’Éduc’alcool.

Pour ceux souhaitant absolument jumeler les deux substances, il est préférable de prendre une petite quantité de chacun, mentionne M. Sacy. 

—–

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Frédéric Lacroix−Couture, La Presse Canadienne

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.