Publicité

14 décembre 2021 - 10:00

L’Union des producteurs agricoles

AGRICLIMAT dévoile le réseau des fermes-pilotes engagées dans la lutte contre les changements climatiques

Par Salle des nouvelles

Le Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec (CDAQ), porteur du projet Agriclimat, des fermes adaptées pour le futur, annonce aujourd’hui la mise en place d’un réseau de fermes pilotes engagées dans la lutte contre les changements climatiques.

Dans le cadre du projet, ces fermes collaboreront étroitement à l’élaboration d’une nouvelle démarche pour déterminer les actions les plus appropriées pour chaque entreprise.

Démarche qui sera, au terme des trois ans du projet, disponible à tous les producteurs et conseillers agricoles du Québec.

Au nombre de 37, ces fermes et leurs conseillers travailleront de concert sur les trois piliers de la lutte contre les changements climatiques : l’adaptation de l’entreprise au climat futur, la diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES) et l’augmentation de la séquestration du carbone.

« Dans Lanaudière, deux fermes font partie du réseau, soit Les fermes Lortie inc. à St-Lin-Laurentides, en production de grandes cultures ainsi que Les Cultures Georges Forest et Fils inc. à Lavaltrie, qui elle, cultive les pommes de terre. Nous sommes donc très heureux de contribuer à la lutte contre les changements climatiques et de pouvoir identifier concrètement les actions les plus prometteuses pour l’agriculture de notre secteur. En s’alliant au club-conseil en agroenvironnement : Services AgriXpert, nous bénéficierons de l’expertise d’un vaste réseau, qui représente la diversité des entreprises agricoles québécoises » a mentionné Marcel Papin, président de la Fédération de l’UPA de Lanaudière.

Les fermes pilotes se familiariseront avec les changements climatiques projetés dans leur localité et les risques potentiels pour leur entreprise.

Ils prendront connaissance de leur bilan d’émissions de GES et des postes d’émissions sur lesquels il est possible d’agir.

Ils constateront la dynamique du carbone dans leurs sols et arbres et seront en mesure de déterminer des pratiques qui permettraient d’optimiser ce levier de lutte dans leur entreprise.

Ces trois volets d’analyse leur permettront de mettre en place ou de poursuivre des actions afin de lutter contre les changements climatiques à l’échelle de leur entreprise.

Le projet Agriclimat remercie les associations et organismes regroupant producteurs ou conseillers agricoles ainsi que les instituts de recherche et d’enseignement pour leur partage de connaissances : l’Union des producteurs agricoles, les douze fédérations régionales de l’UPA, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, Ouranos, VIA Pôle d’expertise en services-conseils agricoles, le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec, l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement, la Fondation David Suzuki, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, le Centre de développement du porc du Québec inc., Lactanet, La Financière agricole du Québec, Agriculture et Agroalimentaire Canada, de même que la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval et le réseau des 37 fermes pilotes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.