Publicité

8 décembre 2021 - 16:00

FNEEQ-CSN

Journée de grève au Collège Esther-Blondin

Par Salle des nouvelles

Les membres du syndicat du Collège Esther-Blondin de Saint-Jacques ont débrayé, le vendredi 3 décembre, et ce pour toute la journée.

«Bien que la partie syndicale ait fait beaucoup de concessions durant le processus de négociation, la position de l'employeur est essentiellement la même: ce qu'il accorde d'un côté, il le retire de l'autre », explique Gilbert Melançon, président du Syndicat des enseignantes et enseignants du Collège Esther-Blondin (FNEEQ-CSN).

Selon la FNEEQ-CSN, l’impasse persiste à propos de plusieurs enjeux cruciaux qui touchent directement la qualité des services aux élèves. De plus, l’employeur refuse de reconnaitre la complexité de plus en plus grande de notre tâche, en raison du clientélisme effréné des 5 dernières années.

«Ce n'est pas de gaité de cœur que nous avons perdu du salaire et manifesté, bravant le froid durant toute la journée. Les parents doivent savoir ce qui se passe au Collège Esther-Blondin », ajoute Gilbert Melançon.

L’employeur en mode réaction

Dans les dernières semaines, l’employeur démontre des signes d’impatience alors que son positionnement reste le même, selon le syndicat.

Ceci détériore l’état actuel des relations de travail alors que la négociation bat son plein et que la pression augmente. 

Bien que le recours à la grève ne soit pas souhaité, d’autres journées sont possibles prochainement si aucune avancée significative n’est enregistrée à la table de négociation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.