Publicité

3 décembre 2021 - 13:58

Martin Caron est le nouveau président

Congrès général 2021 de l’UPA : la confiance était au rendez-vous 

Par Salle des nouvelles

Sous le thème Nourrir l’humanité durablement, plus de 600 personnes, incluant près de 350 délégués, ont participé, en tout ou en partie, au Congrès général 2021 de l’Union des producteurs agricoles (UPA), qui s'est clos hier à Québec après trois jours de rencontres.

La tenue en présentiel de cet événement annuel, pour la première fois depuis 2019, a  permis des discussions sur les enjeux agricoles de l’heure, en l’occurrence la nécessité  d’un système alimentaire plus durable à l’échelle de la planète, ainsi que des conférences  sur le paysage agricole français et européen. Le Congrès général a aussi permis de célébrer l’action collective lors de La grande fête agricole et forestière tenue en marge de l’événement. 

La Commission électorale de l’UPA a officiellement confirmé l’élection du premier vice-président,  Martin Caron, à la présidence générale de l’organisation. Paul Doyon, deuxième vice-président,  accède quant à lui à la première vice-présidence. La présidente des Producteurs de pommes du  Québec (PPQ), Stéphanie Levasseur, est pour sa part élue deuxième vice-présidente. Rappelons que  Marcel Groleau, producteur laitier de Thetford Mines et président général depuis 2011, a annoncé  plus tôt cette année qu’il ne solliciterait pas un sixième mandat à ce poste. Messieurs Caron, et  Doyon et Mme Levasseur ont entamé leur mandat respectif à la clôture des travaux du Congrès  général. 

« L’agriculture québécoise est sur une belle lancée, malgré les nombreux défis. Les deux dernières  années ont démontré la résilience du secteur. Elles ont aussi relancé l’engouement citoyen pour  les aliments de chez nous. Nous devons continuer de miser sur cette demande grandissante pour  des aliments de qualité exceptionnelle en répondant toujours plus fidèlement aux attentes des  consommateurs. L’enjeu environnemental sera déterminant à cet égard et le soutien indéfectible  des gouvernements canadien et québécois sera indispensable pour maintenir la compétitivité de  nos entreprises. Notre avenir alimentaire est conditionnel à la bonification des programmes de  gestion des risques, à la protection accrue du territoire agricole, à l’adoption d’une  réglementation raisonnée à tous les égards et à l’accès facilité à une main-d’œuvre qualifiée. J’ai  confiance en notre avenir, car je sais que collectivement, on peut accomplir de grandes choses »,  a déclaré le nouveau président général de l’UPA, Martin Caron. 

Les participants ont eu l’occasion d’entendre une allocution du président général sortant de l’Union,  Marcel Groleau, dans laquelle il a dressé un survol des grands dossiers qu’il a pilotés ces dix  dernières années. Ils ont aussi accueilli la ministre de l’Agriculture et de l'Agroalimentaire du Canada, Marie-Claude Bibeau, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du  Québec, André Lamontagne, la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade, le chef du  deuxième groupe d’opposition, Gabriel Nadeau-Dubois, et le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre Plamondon. 

Enfin, le congrès général a permis d'adopter plusieurs résolutions à propos d’enjeux déterminants pour l’organisation, les producteurs et les secteurs agricoles et  forestiers québécois. Parmi celles-ci, mentionnons une importante résolution sur une formule de  financement plus équitable entre les groupes affiliés de l’Union ainsi qu’une modulation de la  cotisation tenant davantage compte des revenus et de la taille des entreprises. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.