Publicité

24 novembre 2021 - 12:00

5 causes sont plus souvent mentionnées

Le désengagement policier bien présent au Québec, selon une étude

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Selon une étude réalisée par le Centre de recherche et de développement stratégique de l'École nationale de police, le désengagement policier serait bien présent au Québec.

Qu'est-ce que le désengagement policier? Le désengagement policier est ce phénomène qui mène des policiers à se retirer de certaines interventions ou à s'abstenir complètement d'intervenir alors qu'ils auraient dû intervenir.

Démotivation, découragement, baisse d'attachement et d'intérêt à la profession, démobilisation, indifférence … sont parmi les états d'esprit évoqués par les policiers qui ont participé à l'étude.

Ces états d'esprit se traduiraient par une baisse des efforts et de l'implication au travail, l'hésitation à intervenir qui mène parfois à ne pas intervenir du tout et parfois à « regarder à gauche quand ça se passe à droite ».

Cinq causes sont parmi les plus souvent mentionnées concernant le désengagement policier :

1. Les craintes de répercussions ou de conséquences;

2. Les critiques du public et la méconnaissance du métier de policier;

3. Le manque de soutien organisationnel;

4. Le sensationnalisme médiatique;

5. La perception du sentiment d'injustice.

Objectifs et méthodologie

Amorcée en janvier 2021, cette étude a comme objectifs de documenter l'existence du phénomène de désengagement policier au Québec et d'en identifier les causes.

Un appel a été lancé à tous les policiers québécois afin de recruter des participants. 186 policiers québécois ont répondu à l'appel et 21 d'entre eux ont été choisis aléatoirement pour des entrevues.

Dès janvier 2022, un questionnaire en ligne sera lancé auprès de la communauté policière québécoise afin de valider les grands constats obtenus lors de la première phase de l'étude.

Selon les conclusions de l'étude, l'École nationale de police du Québec ajoute qu'elle verra à bonifier son offre de formations de façon à sensibiliser à l'existence du phénomène, à mettre en place des stratégies de prévention et à développer une approche de soutien aux gestionnaires.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.