Publicité

23 novembre 2021 - 12:00

Les négociations dans une impasse

Grève de quatre jours pour les travailleurs de CPE

Par Salle des nouvelles

Après une semaine de négociations intensives, les représentantes et représentants de salariés de CPE à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) et la partie patronale n’ont pas réussi à s’entendre et ont mis fin aux pourparlers vendredi soir.

Les travailleuses et travailleurs de CPE de Lanaudière seront donc en grève du 22 au 25 novembre prochains.

«Le gouvernement refuse obstinément d’offrir un rattrapage salarial pour l’ensemble des salariés, ce que nous exigeons depuis le tout début des négociations. C’est très décevant. Nous reconnaissons que le gouvernement a fait un effort pour améliorer le salaire des éducatrices qualifiées, mais pour plusieurs autres titres d’emploi, il n’offre rien de plus que ce qu’il a donné à l’ensemble de la fonction publique. Ce n’est pas ça, un rattrapage», mentionne Jessie Rouleau, présidente du Syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière - CSN.

Les quatre journées de grève qui auront lieu cette semaine seront les quatre dernières d’un mandat de dix jours qui a été adopté par les travailleuses et les travailleurs au début de l’automne.

Les syndicats de la région organiseront donc des scrutins cette semaine en vue de se doter d’un mandat de grève générale illimitée.

«Malheureusement, on se doit de constater qu’il faut encore une fois accroître la pression pour faire bouger le gouvernement. Nous n’accepterons pas de laisser pour compte des milliers de travailleuses et de travailleurs essentiels au fonctionnement des CPE. Nos membres sont toujours aussi solidaires et déterminés qu’au début des négociations», selon Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière – CSN.

En plus d’augmentations salariales équitables pour tous les titres d’emploi, les travailleuses et travailleurs revendiquent davantage de soutien pour les enfants à besoins particuliers, le respect des ratios d’enfants par éducateur ou éducatrice, ainsi que des solutions concrètes pour lutter contre la surcharge de travail.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.