Publicité

5 novembre 2021 - 08:00

Coopérative Novago

Manifestation devant le siège social de Sollio

Par Salle des nouvelles

Aujourd'hui, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la Coop Lanaudière-CSN (STTCL-CSN) et leurs alliés ont manifesté devant le siège social de Sollio, dont la Coopérative Novago fait partie de ses divisions.

«Nous sommes en grève depuis le 30 septembre dernier et nous faisons face à un employeur affilié à Sollio qui désire casser notre syndicat. Après deux ans de négociation, il a eu le culot de déposer une offre qu'il a qualifiée de finale et globale qui imposerait à la majorité des syndiqué-es des baisses de salaire variant de 14 % à 29 %, ce qui est totalement inacceptable pour nous. Concrètement, en plein contexte de rareté de main-d'oeuvre, l'employeur veut imposer une baisse drastique de 22 à 15 $ l'heure pour certains salarié-es, ce qui inciterait plusieurs d'entre nous à tout simplement quitter leur emploi», a mentionné Nicole Lambert, présidente du STTCL-CSN.

L'employeur, la coopérative Novago, se spécialise dans les conseils et la vente de produits agricoles et offre également des services de quincaillerie.

«À la suite de ce dépôt complètement farfelu et déconnecté de la réalité, l'employeur refuse carrément de retourner à la table de négociation. Il traite cavalièrement les employé-es membres d'un syndicat qui existe depuis 50 ans qui ont largement contribué au succès d'une coopérative connue et très appréciée par ses coopérants. Au fil des ans, ils ont obtenu un régime de retraite et des assurances collectives, deux arguments majeurs d'attraction et de rétention de la main-d'oeuvre en ces temps où les employeurs déploient justement de multiples stratégies pour recruter les employé-es», mentionne Nancy Mathieu, secrétaire générale de la Fédération du commerce-CSN.
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.