Publicité

17 mai 2021 - 08:00

Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie

Lutte contre l'homophobie: la Ville de Saint-Charles-Borromée affiche ses couleurs  

Par Salle des nouvelles

En cette Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, la Ville de Saint-Charles-Borromée, alliée dans cette lutte, affiche ses couleurs en hissant bien haut le drapeau arc-en-ciel à l’hôtel de ville. 

Afin de marquer son appui à la cause, le conseil municipal proclame cette journée à son calendrier de mai et adopte une résolution. Ce geste symbolique a pour objectif de sensibiliser les citoyens en rappelant son soutien et sa solidarité envers les communautés lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans et queers. (LGBTQ)

« Malgré les avancées  significatives pour les droits des personnes LGBTQ+, un long chemin reste encore à parcourir avant que la pleine acceptation sociale ne soit acquise », avance le maire, Robert Bibeau. 

Le thème de cette année, « Plusieurs portent leurs couleurs sans le vouloir », symbolise la  dénonciation des violences physiques et morales contre les personnes LGBTQ+. Les milieux politiques ont un rôle majeur à jouer pour lutter contre l’homophobie et la  transphobie; il est important de continuer à poser des actions pour favoriser la pleine reconnaissance des droits des personnes LGBTQ+.  

Rappelons que la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie  commémore la décision prise par l’Organisation mondiale de la santé le 17 mai 1990 de retirer l’homosexualité de la liste des maladies psychologiques.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.