Publicité

16 janvier 2021 - 18:00

Plus de 230 personnes immortalisées

Philippe Jetté dépose une collection de traditions de la Nouvelle-Acadie

Par Salle des nouvelles

Philippe Jetté, artiste et intervenant en traditions vivantes, a déposé, à Archives Lanaudière, le fruit du travail qu’il a réalisé depuis 2004 sur le patrimoine de sa communauté, la Nouvelle-Acadie, et de sa région.

Son étonnant fonds d’archives contient plus de 3 500 éléments issus des traditions orales de Lanaudière ainsi que des informations précieuses sur l’histoire orale et des témoignages sur des pratiques traditionnelles.

Rappelons que la Nouvelle-Acadie regroupe quatre municipalités (Saint-Jacques, Sainte-Marie-Salomé, Saint-Alexis et Saint-Liguori) fondées par des Acadiens de la déportation.

Philippe Jetté a une démarche unique. Il a d’abord parcouru la Nouvelle Acadie, et ensuite Lanaudière, pour préserver le patrimoine culturel. Son fonds d’archives témoigne de ses activités professionnelles et de ses intérêts personnels. Il favorise la connaissance des éléments du patrimoine immatériel et de l’histoire de la Nouvelle-Acadie et de Lanaudière.

Il s’agit d’un legs important pour les générations actuelles et futures. Plus de 230 personnes survivront au temps grâce à son travail.

Les citoyens et les chercheurs peuvent désormais consulter 1 460 éléments de la tradition orale (chansons, airs de musique, contes, danses, légendes), 250 pièces instrumentales à l’accordéon diatonique, 1 464 surnoms de la Nouvelle-Acadie, des recettes traditionnelles, de nombreuses photos anciennes de Saint-Jacques, trois entrevues de type récit de vie réalisées auprès de ses grands-parents et de son grand-oncle, des dizaines d’expressions et mots de vocabulaire de la Nouvelle-Acadie, des cris d’appel de vaches ainsi que plusieurs documents révélant l’histoire de la Nouvelle-Acadie. De plus, Philippe Jetté a contribué au dépôt du Fonds d’Octave et Marc Brien de Sainte-Marie-Salomé, à Archives Lanaudière, contenant 433 chansons et des documents qui nous renseignent sur l’histoire orale de la Nouvelle-Acadie.

« Je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes qui m’ont ouvert leur porte et qui m’ont répondu avec générosité au téléphone. Des gens m’ont raconté des choses qu’ils n’avaient jamais confiées à personne. C’est un privilège. Pour moi, ce sont toutes des rencontres marquantes qui ont façonné mon parcours de vie, d’humain, d’artiste et de chercheur. Grâce à vous, la Nouvelle-Acadie et Lanaudière sont munies d’une richesse inestimable. Dans 500 ans, les citoyens du futur pourront vous entendre et constater le répertoire traditionnel du 20e et du 21e siècles, découvrir notre parlure, notre accent et notre petite histoire. Combien donnerais-je pour voir et entendre les gens au début de la colonie et même au Moyen Âge ? Ensemble, nous laissons une trace permanente de notre mode de vie d’hier et d’aujourd’hui », a témoigné Philippe Jetté.

L’artiste mentionne que plusieurs projets sont en incubation pour faire suite à sa démarche et au travail entamé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.