Publicité

22 octobre 2020 - 15:00

Témoignage vidéo d'Alexandre Duguay et sa mère Mireille

Traumatisme craniocérébral : « Je me donne un peu d'espoir en me disant que je sensibilise peut-être les gens »

Par Inès Lombardo, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Dans la foulée de la campagne provinciale de sensibilisation au traumatisme craniocérébral (TCC) qui s'est terminée cette semaine, Alexandre Duguay, 27 ans et habitant de Saint-Ambroise-de-Kildare, a accepté de partager un bout du quotidien qu'il vit depuis le 1er novembre 2015, jours de son accident.

Selon la force d’impact sur le cerveau, on catégorise le TCC en trois degrés de gravité : le TCC léger (aussi nommé commotion cérébrale) ; le TCC modéré : l’impact sur la tête a été assez puissant pour causer des saignements dans le cerveau, visibles au scan cérébral. La personne peut être dans un coma léger pendant quelques heures et rester confuse pendant quelques jours et le TCC sévère.

Pour ce dernier,  la force d’impact sur la tête plonge la personne dans un coma plus profond et de plus longue durée. Les saignements au cerveau sont généralement plus graves et peuvent nécessiter une chirurgie. C'est ce qu'a subi Alexandre.

Le jeune homme veut participer à la sensibilisation sur ce trauma. Il vit avec ses parents retraités, sans qui il ne peut rien faire.

L'entrevue est une façon de faire découvrir leur réalité.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.