Publicité

29 septembre 2020 - 06:00

Des pistes de solutions étudiées sous trois axes

Santé mentale des femmes dans Lanaudière: les demandes de services en hausse

Par Salle des nouvelles

La Table de concertation des groupes de femmes de Lanaudière (TCGFL) a lancé, le 24 septembre dernier, son rapport résultant du sondage intitulé « Des services en santé mentale pour TOUTES dans Lanaudière ».

Francine Rivest, coordonnatrice de la TCGFL mentionne que « les groupes de femmes, membres de la TCGFL ont constaté que les demandes de services en santé mentale augmentent. Les cas deviennent plus lourds et demandent un plus grand suivi. L'accès aux services est même parfois difficile, car les ressources d'aide sont insuffisantes et parfois inadéquates ».

À la suite de ce constat, les groupes membres ont décidé de documenter cette situation par le biais d’une étude exploratoire. Le Centre de recherche sociale appliquée (CRSA) a réalisé un sondage en ligne auprès des femmes de la région de Lanaudière.

« Plusieurs difficultés en même temps »

L’étude visait les objectifs suivants :

- connaître l’utilisation et la satisfaction des femmes en ce qui a trait à l’accès aux services en santé mentale dans la région de Lanaudière;
- identifier les barrières à l’accessibilité des services en santé mentale;
- identifier des pistes d’action pour l’amélioration de l’accès aux services.

Audrée Beaudin Lapointe, intervenante au Centre de femmes Montcalm et membre du comité mis en place pour encadrer les travaux, relate que « les résultats de l'étude démontrent qu'une grande majorité de femmes vivent plusieurs difficultés en même temps. Malheureusement, cette situation peut augmenter les impacts sur leur santé mentale et leur bien-être. De plus, les réponses au sondage affirment que le temps d'attente pour obtenir de l'aide et du soutien dans les ressources est beaucoup trop long. Cette situation est préoccupante et déplorable! »

Des pistes de solutions

Des pistes d’action ont été structurées autour de trois axes. Un premier vise la sensibilisation, l’éducation, et l’information auprès des femmes et des ressources qui les aident. Un deuxième axe porte sur l’enjeu de l’accessibilité des services professionnels en psychologie.

Cet enjeu s’est révélé être le principal trou de service identifié par les résultats de ce sondage. Le troisième axe vise la collaboration nécessaire pour améliorer l’accessibilité et les services en santé mentale pour toutes les femmes, que ce soit la collaboration entre les ressources publiques et communautaires ou entre les ressources communautaires entre elles.

À noter que des groupes membres de la TCGFL et des intervenantes ont facilité le recrutement des femmes et la passation du questionnaire.

Le rapport peut être consulté sur le site de la TCGFL au www.femmeslanaudiere.org dans la section projet en cours- Santé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.