Publicité

22 septembre 2020 - 06:00

Un financement triplé en 2020/ 2021

L’équipe d'Action-logement Lanaudière s'agrandit

Par Salle des nouvelles

Depuis plusieurs années, l’organisme devait survivre au manque de financement chronique, ainsi qu’au manque d’indexation, qui l’obligeait à poursuivre ses activités avec une seule employée, Amélie Pelland qui travaille depuis 2013 auprès de l’organisme régional comme coordonnatrice et intervenante sociale, alors que les besoins étaient en augmentation constante et qu’il y avait des délais de retour d’appel de deux semaines. Tout a changé vers la fin de l’année 2019.

Rappelons que l’organisme aide plus de 400 locataires par année. Or, en fin d'année dernière, l’organisme a reçu la bonne nouvelle que le financement provenant du programme SACAIS du ministère du Travail, de l’emploi et de la solidarité sociale, serait augmenté pour tenir compte du territoire couvert. L’organisme étant régional, le financement a donc doublé de l’année 2019 à 2020 et va tripler de l’année 2019 à 2021.

Trois nouveaux employés

De plus, l’organisme a reçu une indexation, ce qui n’était pas arrivé depuis plusieurs années. Cela a permis d’engager jusqu’à maintenant une deuxième ressource humaine, Denis Courtemanche, intervenant juridique pour les MRC de Joliette et de Matawinie. Les dossiers individuels ont donc été redistribués et Amélie Pelland s’occupe des dossiers des MRC d’Autray, Montcalm, les Moulins et L’Assomption.

Avant de recevoir cette nouvelle, la coordonnatrice ainsi que le conseil d’administration ont travaillé fort pour trouver des solutions et du financement afin d’engager de nouveaux employés. Action-Logement Lanaudière a alors déposé une demande de projet dans le cadre de l’appel de projet du programme Québec ami des aînés (QADA) du ministère de la santé et des services sociaux et le projet a été accepté. Julien Rousseau vient tout juste d’entrer en fonction comme agent de développement pour un projet de deux années.

Il s’agit d’un projet qui vise à offrir des ateliers auprès des personnes âgées, à offrir des formations auprès des intervenants et à mettre en place un comité de mobilisation de personnes âgées dans le but de travailler sur la question de l’accessibilité aux services de la Régie du logement, maintenant nommé tribunal administratif du logement, pour les personnes âgées. Le projet avait dû être retardé à cause de la pandémie, puisqu’il s’agit d’une clientèle vulnérable mais le projet est donc maintenant officiellement lancé.

Pour terminer, l’organisme a complété son équipe avec une quatrième employée, Marion Duval pour un poste de sept mois, grâce au fonds d’urgence pour l’appui communautaire (FUAC) de Centraide Lanaudière. Ce fonds permet aux organismes communautaires d’élargir les services en
réponse à la Covid-19. L’employée est donc animatrice et agente de mobilisation sociale. Elle aura pour rôle de bâtir du nouveau contenu de formation et des capsules vidéos, animer des ateliers en personne ou par vidéoconférence et faire des appels auprès des locataires pour briser leur isolement en ce temps de pandémie. Elle sera également responsable de la réalisation des activités de mobilisation sociale.

Nouveau logo

«Ce financement tant attendu nous permet d’augmenter l’équipe pour travailler quant aux deux volets de notre mission : la défense individuelle et la défense collective des droits pour les locataires de la région de Lanaudière, explique Amélie Pelland, coordonnatrice et intervenante de l’organisme. Nous avons dû travailler fort dans la dernière année, mais nous récoltons enfin les graines semées l’année précédente» dit-t-elle avec le sourire.

À l’assemblée générale annuelle d’Action-Logement Lanaudière, une vingtaine de personnes étaient présentes pour le dévoilement du nouveau logo. Couleur verte d’espoir et de persévérance, le nouveau logo qui représente bien l’organisme, sa coordonnatrice ainsi que son conseil d’administration qui ont persévéré et ont réussi à maintenir en vie l’organisme et peuvent espérer continuer à le développer dans les années à venir.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.