Publicité

15 septembre 2020 - 16:30

COVID-19

« Notre réseau de la santé reste fragile », selon Christian Dubé

Par Inès Lombardo, Journaliste

En conférence de presse ce mardi 15 septembre avec le premier ministre François Legault et Horacio Arruda, le ministre de la Santé Christian Dubé a rappelé que les effets de la propagation du virus se voyaient déjà sur le réseau de la santé, « déjà fragile avant la pandémie ».

Québec a fait basculer les régions du Bas-Saint-Laurent, de Montréal, de la Montérégie et Chaudière-Appalaches dans le palier 2 d'alerte à la COVID-19 ce mardi. Des mesures plus restrictives sont désormais assorties à ces régions.

François Legault a rappelé que si l'on veut garder un minimum de normalité, ces restrictions-là sont nécessaires:

« À chaque nouveau cas, c'est du personnel de la santé qu'on utilise. J'apprécie  l'effort à venir».

« On m'a demandé pourquoi j'étais inquiet, a enchaîné son collègue Christian Dubé. Ce matin, on nous a annoncé 300 nouveaux cas pour la seule journée d'hier. Nous ne sommes pas au niveau des plus de 1 000 cas quotidiens observés ce printemps. Mais il y a eu une augmentation des hospitalisations. De fait, on voit un impact sur le réseau de la santé. Il ne faut pas attendre de le voir davantage pour commencer à réagir », a-t-il lancé.

Préposés: le gouvernement en négociation avec les syndicats

L'enjeu le plus fragile reste toutefois le personnel des hôpitaux, dont le Québec manquait déjà avant la pandémie. Christian Dubé a expliqué que le gouvernement n'avait pas eu le temps d'engager tout le monde, notamment du côté des infirmières. Ce mardi, 6 000 préposés aux bénéficiaires ont faire leur rentrée sur le terrain après une formation express de trois mois, suite à un appel du gouvernement au printemps. « On a encore besoin d'infirmières », ont martelé les deux ministres. À savoir que leur formation dure trois ans...

Ce point presse a été l'occasion pour François Legault de rappeler que les nouveaux préposés seront bel et bien payés 49 000$ par an. « Pour l'instant, pour gagner 26 dollars de l'heure (soit 49 000$ annuels), il faut tenir compte des primes. Nous sommes en négociations avec les syndicats ».

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.