Publicité

20 août 2020 - 06:00

À Rawdon

Éco-corridor Kaaïkop-Ouareau (ECKO) et Mobilisation Matawinie invitent à manifester contre les coupes forestières

Par Salle des nouvelles

Bon an mal an, des centaines de km2 de forêt sont coupées en Matawinie au bénéfice des compagnies forestières. Le milieu réclame depuis des années du gouvernement la désignation d’aires protégées pour soustraire de la coupe des zones d’intérêt écologique afin qu’elles soient préservées au bénéfice de la collectivité et de la préservation de la biodiversité. Ce sera le but de la manifestation organisées par Mobilisation Matawinie et Éco-corridor, ce dimanche 23 août à 10h à Rawdon.

Malgré la mise en place de quelques initiatives par les autorités, il demeure difficile, non seulement de faire entendre la voix des citoyens, mais d’obtenir des engagements concrets de la part de nos gouvernants.

Soutien au corridor de forêts publiques

Quatre revendications ressortent. La première est le soutien au projet d’éco-corridor Kaaikop-Ouareau (ECKO) pour la protection de la biodiversité et de la connectivité dans un corridor de forêts publiques ECKO (Éco-corridor Kaaikop-Ouareau) qui fait la promotion d’une bande verte située sur des terres publiques dans le but de protéger la biodiversité, d’assurer la connectivité.

Il est aussi question et aussi d’offrir à la population des endroits de ressourcement dans un cadre naturel. La création de cet éco-corridor qui intègre le Sentier National et regroupe le Mont-Kaaikop, le parc régional de la forêt Ouareau, le Parc des Sept-Chutes et la Pourvoirie Basilières, est une façon  de lutter contre les changements climatiques.

700 km2 d'aires enfin protégées

La deuxième vise le gouvernement, pour entériner les demandes d’aires protégées formulées par les citoyens. Plusieurs acteurs du milieu siègent depuis des années sur un comité formé par le Ministère de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques.

Le milieu propose de protéger un peu plus de 700 km2, soit à peine 5,7% du territoire total de Lanaudière et amènerait la région à 16,2% d'aires protégées, ce qui la rapprocherait de la cible québécoise de 17% pour 2020, tel que Québec s'y était engagé. Les deux organismes (Mobilisation Matawinie et Éco-corridor) déplorent que le Gouvernement impose de limiter les aires à protéger dans Lanaudière à 225 km2 alors qu’il est incapable de rencontrer les cibles auxquelles il s’est lui-même engagé au niveau international.

Le développement récréotouristique vert au coeur de la relance

Une troisième revendication revient à exiger du gouvernement priorise et mette en œuvre des projets structurants axés sur le développement récréotouristique dans le cadre de la relance économique post-COVID-19.

« Nous constatons actuellement que les Québécois ont plus que jamais besoin de leurs forêts pour leur propre santé. Les couper, à plus forte raison dans les parcs régionaux pour lesquels des fonds publics ont été dépensés pour favoriser le développement récréotouristique est un non-sens », indique la direction de Mobilisation Matawinie par voie de communiqué.

Pour eux, il est primordial d’appuyer le développement durable de nos forêts en supportant la mise en œuvre de projets structurants qui priorisent le récréotourisme vert. Pour cela, Lanaudière bénéficie d’une localisation stratégique puisqu’elle est située au pourtour du plus grand centre urbain de la province.

Cesser la coupe du bouleau blanc

Enfin, les artisans et maîtres canotiers Atikamekw construisent de magnifiques canots avec l’écorce du bouleau blanc. Cette activité traditionnelle ancestrale est menacée à cause de la coupe de cette espèce par l’industrie forestière, notamment sur le territoire du Nitaskinan, car les espèces généralement utilisées pour les activités de reboisement sont des résineux.

La manifestation prévue ce dimanche 23 août, à 10h à Rawdon s’inscrit dans le cadre d’une série d’actions entreprises par Mobilisation Matawinie dans la région pour faire connaître les enjeux liés à la protection des forêts et de l’environnement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.