Publicité

6 juillet 2020 - 09:32 | Mis à jour : 09:43

Le mouvement a fêté son mois d'existence hier

Mobilisation Matawinie poursuit la sensibilisation contre les coupes d'arbres

Par Salle des nouvelles

Les manifestations se poursuivaient en fin de semaine dernière avec Mobilisation Matawinie qui fêtait, le 1er juillet, un mois d’existence ! Pour l’occasion, une marche funèbre sur le bloc de coupe Stanislas du PAFIO 062-71 à St-Zénon. Une seconde manifestation ciblait la sensibilisation des citoyens hier.

Un cortège funèbre a traversé le village pour se rendre jusque sur le bloc de coupes qui date de l’année passée. Une soixantaine de personnes vêtues de noir se sont réunies dans ce paysage désolant afin de faire le deuil des arbres et des écosystèmes détruits par les coupes massives.

Le jour de la Fête du Canada, un moment de silence a été respecté en honneur aux arbres morts et aux peuples autochtones, victimes du colonialisme qui détruit non seulement toute la beauté des territoires non-cédés, mais également leurs sources de nourriture, de matériaux pour les canots, leurs territoires de pêche et de trappe pour ne nommer que ça.

Hier en avant-midi, une seconde manifestation dans le village de St-Zénon a eu lieu afin de sensibiliser les citoyens de la municipalité aux enjeux des coupes. Une vingtaine de personnes se sont réunies afin de discuter des façons d’être une bonne alliée aux luttes autochtones, de leurs préoccupations et de créer des liens entre elles. Une marche dans le village avec banderoles et sourires à profusion a conclu la rencontre.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.