Publicité

26 mai 2020 - 18:15 | Mis à jour : 18:18

Neuf revendications portées à l'époque

"Du pain et des roses": la TCGFL souligne le 25e anniversaire de la marche des femmes

Par Salle des nouvelles

Le 26 mai 1995, débutait la marche des femmes contre la pauvreté « Du pain et des roses ». Ce mardi 26 mai 2020, la Table de concertation des groupes de femmes de Lanaudière (TCGFL) passe en revue ce jour historique.

Initiée par la Fédération des femmes du Québec (FFQ), sous la présidence de Françoise David, trois contingents de marcheuses se mettaient en route vers Québec: de Montréal, de Longueuil et de Rivière-du-Loup. Le 4 juin 1995, les 850 marcheuses ont été accueillies par une foule de 15 000 personnes.

Par neuf revendications, la marche réclamait des infrastructures sociales, une loi sur l’équité salariale et la perception automatique des pensions alimentaires, d’élargir l’application des normes du travail, d’augmenter le salaire minimum, de créer des logements sociaux, d’améliorer l’accès à la formation générale et professionnelle, de rendre rétroactive la loi sur la réduction du parrainage pour les femmes immigrantes parrainées par leur mari et venir en aide à celles qui sont victimes de violence conjugale et familiale, de geler les frais de scolarité et augmenter les bourses.

Tous les groupes de femmes de toutes les régions du Québec ont été mis à contribution pour réaliser cette aventure. Dans Lanaudière, le mouvement des femmes a organisé l’accueil (repas, hébergement, animation) d’un contingent de marcheuses de passage pour trois jours dans la région. Monologues, chansons, panel, danse et sketchs étaient au rendez-vous pour se donner la main, pour changer les choses, pour du pain et des roses.

« Les gains de la marche de 1995 ont souvent été liés aux réponses du gouvernement à ces revendications, mais avec le recul nous pouvons constater l’importance qu’elle continue d’avoir, tant au niveau individuel que collectif », souligne la TCGFL. D’ailleurs, la marche "Du pain et des roses" a non seulement permis au mouvement féministe de porter collectivement des revendications importantes, mais elle a permis la naissance de la "Marche mondiale des femmes" en 2000.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.