Publicité
18 février 2020 - 18:00

Entre Notre-Dame-des-Prairies et le parc Bosco

Un groupe de Charlois réclame le déneigement de la piste cyclable

Par Salle des nouvelles

Un groupe de citoyens, unis par leur intérêt pour la mobilité active dans Lanaudière, demande à la municipalité de Saint-Charles-Borromée de déneiger le tronçon de piste cyclable qui relie la passerelle Maria-Goretti au chemin du Golf.

Après avoir formulé une demande écrite et essuyé un premier refus, Philippe Beaudry, urgentologue au Centre hospitalier de Lanaudière, a mis en ligne une pétition pour montrer que la volonté qu’il y ait un entretien hivernal de ce passage était partagée par un certain nombre de personnes.

"Risque de blessure"

Un mois plus tard, le 13 janvier dernier, il est allé interpeller directement le conseil municipal de Saint-Charles-Borromée en déposant la liste des 374 personnes qui avaient signé à cette date. Le maire a alors évoqué des raisons de sécurité pour justifier le refus d’entretenir le sentier en hiver.

« Le maire prétend que ce n’est pas sécuritaire à cause du dénivelé, mais dans l’état actuel des choses, la sécurité des citoyens n’est pas moins compromise. Plusieurs usagers traversent la passerelle malgré la neige qui s’accumule, et le risque de blessures dans ce contexte est aussi important », soutient Dr Beaudry qui emprunte quotidiennement la passerelle pour se rendre de sa résidence à Notre-Dame-des-Prairies, à son travail.

« Ajoutons à cela que ceux qui se déplacent à vélo ou à pied maintiennent une meilleure santé et contribuent à diminuer le nombre de véhicules sur les routes. Cela amoindrit le trafic, de plus en plus lourd dans le grand Joliette, tout en favorisant la sauvegarde de l’environnement par la réduction des gaz à effet de serre. Je n’y vois que des avantages ! On parle de 350 mètres de déneigement, je crois que ce serait facile pour le conseil de satisfaire ses citoyens », souligne-t-il.

Plus de 500 signataires

La pétition, toujours en ligne, s’élève maintenant à plus de 500 signatures et les membres du groupe des Lanaudoises et Lanaudois pour une mobilité active n’ont pas l’intention de baisser les bras. Des citoyens de Saint-Charles-Borromée comptent se présenter à la séance du conseil du 24 février prochain afin de faire valoir au maire Bibeau et ses conseillers que l’accessibilité à la mobilité active est une préoccupation importante pour les Charlois.

Nathalie Beaulieu, ultra-marathonienne et résidente de Saint-Charles-Borromée, espère fortement que les élus de sa municipalité entendront l’appel : « J'adore faire la boucle à travers les deux passerelles en été comme en hiver, mais l'hiver, cette section du parcours est pénible. C'est pourquoi j'ai signé la pétition. »

Habitant dans le secteur Louis-Bazinet, Jean-Sébastien Faust est pour sa part déçu de ne pas pouvoir marcher sur la passerelle Maria-Goretti tout au long de l’année : « Ma conjointe et moi sommes très actifs, or depuis l’arrivée de notre premier enfant, les promenades en poussette et la course à pied sont devenues les activités physiques les plus simples à introduire dans notre quotidien. Nous empruntons la passerelle plusieurs fois par semaine, sauf l’hiver, puisqu’elle est
alors impraticable. Nous militons donc pour le déneigement.
»

« C’est le conseil de Saint-Charles-Borromée qu’il faut convaincre, puisque c’est de ce côté de la rive que la neige pose problème, précise le Dr Beaudry. Notre-Dame-des-Prairies déneige déjà son accès à la passerelle et semble favorable au déneigement de la passerelle elle-même, mais ça ne donne pas grand-chose si Saint-Charles- Borromée n’est pas prêt à faire son bout », conclut-il.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.