Publicité
27 septembre 2019 - 06:00

Action sociale

À l'usine Saint-Jacques, le syndicat dénonce les mises à pied d'Industrie Mailhot

Par Salle des nouvelles

À la fin de cet été, Industries Mailhot a dû cesser temporairement ses opérations. Cette situation a engendré une mise à pied du personnel syndiqué tout en maintenant à l’emploi le personnel administratif de l’usine de Saint-Jacques.

La compagnie Mailhot Industries est spécialisée dans la fabrication de vérins hydrauliques. En début d’été, la haute direction de l’usine de Saint-Jacques a avisé le Syndicat des travailleuses et travailleurs des Industries Mailhot - CSN de son intention de cesser momentanément la production. L’annonce était soutenue par un constat d’inventaire de production trop élevée. L’annonce semblait donc avoir pour objectif de réduire quelque peu les inventaires des produits finis de l’usine de Saint-Jacques.

Une mise à pied  "arrivée de nulle part"

« Dans le contexte de prospérité de l’entreprise et d’annonce d’investissement, les mises à pied ont généré un réel choc pour nos membres. En plus de sembler arrivée de nulle part, cette annonce a bousculé davantage nos membres lorsque la compagnie a enclenché un processus de mise à pied et de supplantation non conforme à la convention collective que nous venons à peine de signer. Il n’en fallait pas plus pour que le climat de travail dégénère » souligne Alain Martel, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Industries Mailhot - CSN.

Rappelons qu’en 2018, Industries Mailhot et son partenaire stratégique Novacap annonçaient leurs intentions de doubler la taille de l’entreprise en procédant à quelques acquisitions aux États-Unis tout en investissant 8 millions de dollars à Saint-Jacques afin de moderniser les équipements et les méthodes de production.

Pertes salariales

Les Industries Mailhot expliquent elles-mêmes exceller en matière de processus de production alignés sur des objectifs concurrentiels d’innovation d’efficacité et de valeur ajoutée.

« Pour répondre aux besoins de nos clients, la cadence de production a été infernale depuis le début de l’année. Il est possible qu’il y ait eu des variations dans le carnet de commandes. Il faut ajuster la cadence de production en conséquence. Ça n’a manifestement pas été le cas. Nos membres perdent cinq journées de salaires à cause d’arrêts de production les vendredis et une semaine complète de rémunération sans avoir les critères nécessaires pour se qualifier à l’assurance emploi » ajoute Monsieur Martel.

Pour le syndicat, il est clair que l’entreprise assume un grand risque en faisant preuve de faiblesse dans sa gestion des inventaires. Des arrêts de travail momentanés comme ceux-ci créent de l’instabilité au niveau du personnel et engendrent des pertes salariales, tout cela dans un contexte de rareté de main-d’œuvre. Le marché est populaire pour des emplois aussi qualifiés. « Pour nous, investissement doit rimer avec stabilité et consolidation des emplois » note Monsieur Martel.

Une partie de la production dans une usine du Mexique ?

Une autre réalité inquiète les travailleurs syndiqués. Industrie Mailhot possède une usine de 160 salariés au Mexique dans l’état de Guanajuato qui génère le même type de production qu’à Saint-Jacques.

En janvier dernier, le ministre libéral fédéral Garneau accordait à Industries Mailhot deux contributions remboursables totalisant 2,6 millions de dollars provenant du portefeuille de l’innovation afin de soutenir les projets à l’usine de Saint-Jacques. Un premier montant de 1,3 million de dollars devait permettre de centraliser les activités de production canadiennes à Saint-Jacques notamment.

Selon le syndicat, depuis plusieurs mois de nombreuses pièces destinées à l’assemblage de vérins à Saint-Jacques semblent destinées à l’usine du Mexique. À d’autres moments des clients canadiens se voient distribuer des vérins produits au Mexique.

« Depuis quelques mois, nous constatons que des vérins prêts pour la vente au Canada et produits au Mexique transigent par l’usine de Saint-Jacques. Nos membres sont inquiets et se demandent si une partie de la production n’est pas en train de glisser graduellement vers l’ usine du Mexique » conclut Monsieur Martel.

La compagnie avait annoncé une autre semaine de mise à pied au début du mois d’octobre. Elle a informé le Syndicat qu’elle n’aura finalement pas lieu. Les syndiqués procèdent actuellement à l’exercice de moyens d’action visant à signifier à l’employeur leur mécontentement face à la situation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.