Publicité
30 juillet 2019 - 13:47 | Mis à jour : 13:54

4e édition du Festival d'Éducation libre

Un festival à saveur de transformation sociale; l’affaire de tous!

Par Salle des nouvelles

Du 16 au 18 août 2019, à l’Académie de Sainte-Émélie-de-l’Énergie, aura lieu la quatrième édition du Festival d’Éducation libre dans Lanaudière. Cette année une gestion collective permettra à toutes et tous de participer selon leurs capacités.

Le Festival d’Éducation libre autogéré est un événement de trois jours organisé par un comité de bénévoles, à l’initiative du Jardin des passionné(e)s, un organisme sans but lucratif situé dans Lanaudière. Lors de cet événement, les gens sont invités à partager leurs connaissances, apprendre des autres, réseauter et découvrir des artistes du Québec. Plusieurs personnes offrent du temps, des savoirs, ou des performances tout à fait bénévolement.

Selon les fondatrices, l’autonomie individuelle et collective favorise une transformation sociale en permettant d’agir sur nos conditions de vie et notre environnement. Les Festivals d’Éducation libre sont des occasions pour se réapproprier ou réinventer des méthodes pédagogiques qui respectent les besoins de chacun.e. Il s’agit aussi d’une démarche d’apprentissage visant l’autosuffisance de nos communautés, favorisant les échanges de savoirs et permettant de s’inspirer les uns les autres afin de se diriger ensemble vers un changement profond de société.

Comme le mentionne Vanessa Lambert cofondatrice du Jardin des passionnées, « [...] le but est de permettre à nos communautés d’adopter des modes de vie ayant moins d’impacts sur notre environnement et réduisant les inégalités sociales. »

Cette année le comité d’organisation met l’emphase sur la gestion collective de l’événement qui sera autogéré. L’autogestion est une organisation horizontale, non hiérarchisée qui affirme et valorise notre capacité à nous organiser en groupe. La répartition des différentes responsabilités – organisation, accueil, cuisine, animation, etc.– assure l’accessibilité et l’indépendance de l’événement. Chacun.ne peut ainsi contribuer selon ses capacités. « Cette gestion participative rend ce festival hors du commun puisque nous comptons sur l'implication et l'initiative de tou.te.s les participant.es. Cela nous permet de vivre une expérience concrète de vie collective», mentionne même Jessica Lambert cofondatrice du Jardin des passionnées.

De plus, le caractère non lucratif de l’événement permet de redistribuer les profits générés dans la communauté par l’intermédiaire des activités du Jardin des passionnées, un organisme qui favorise l’échange local des savoirs.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.