Publicité
1 juillet 2019 - 12:00

13e édition de la campagne provinciale d’arrachage de l’herbe à poux

Herbe à poux : l'arracher pour éviter d'en arracher!

Par Salle des nouvelles

L’arracher pour éviter d’en arracher : c’est ce que propose la Ville de Joliette à ses citoyens dans le cadre de la 13e édition de la campagne provinciale d’arrachage de l’herbe à poux, une initiative portée par l’Association pulmonaire du Québec visant à améliorer la qualité de l’air en saison estivale.

Chaque année, 800 000 Québécois sont affectés par la rhinite allergique. Les symptômes étant directement influencés par la quantité d’herbe à poux sur un territoire donné, il est important de voir à sa destruction avant sa période de pollinisation (fin juillet, début août).

La méthode la plus simple de s’en défaire est encore de l’arracher, une intervention facile et sans danger puisque cette plante n’a aucun point commun avec l’herbe à puce. Déraciner l’herbe à poux avant sa floraison empêche ses fleurs de laisser s’envoler des millions de grains de pollen dont la majorité est transportée par le vent dans un rayon de moins d’un kilomètre. 

Traitement de l’herbe à poux

Le traitement de l’herbe à poux débutera sous peu sur le territoire de Joliette. Dans les parcs, terre-pleins et espaces verts de la ville, une solution saline est étendue pour contrer la prolifération de cette mauvaise herbe. Le produit utilisé n’est aucunement nocif pour l’homme, les animaux et l’environnement.

Depuis 2007, la Ville de Joliette a investi plus de 220 000 $ dans la lutte contre l’herbe à poux et l’herbe à puce. En 2019, l’offensive de la Ville de Joliette se poursuit avec l’octroi d’un contrat à l’entreprise Herbanatur.

Rappelons enfin aux propriétaires privés que tout terrain, qu’il soit construit ou non, doit être exempt de broussailles ou de mauvaises herbes. Pour information, contactez le service de l’Aménagement du territoire au 450 753-8131.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.