Publicité
29 mai 2019 - 11:53 | Mis à jour : 12:03

Maternelle 4 ans : le Syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière- CSN et les employeurs de la région font front commun

Par Salle des nouvelles

Le Syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière CSN et l’association des employeurs en CPE de la région Lanaudière s’unissent pour dénoncer le projet de loi de la CAQ.

Le syndicat et l’association des employeurs en CPE de Lanaudière ont produit des bannières afin de sensibiliser la population aux conséquences néfastes du développement mur à mur des maternelles 4 ans tel que proposé par la CAQ. Au cœur des préoccupations demeure le fondamental bien-être des enfants. Lesdites bannières ont été déployées et installées hier le 28 mai et aujourd’hui 29 mai, bien en vue, devant chacun des CPE CSN de la région.

« C’est une première pour nous d’arriver à créer une alliance unanime avec l’ensemble des dirigeants et dirigeantes de l’association régionale des employeurs en CPE de la région. Manifestement, nous tenons toutes et tous à ce que les enfants reçoivent les meilleurs services, et ce, dans des milieux adaptés pour eux. Nous ne sommes pas contre l’implantation des maternelles 4 ans. Au contraire, nous en avons plutôt contre l’implantation mur à mur que force la CAQ. Cette implantation aveugle vient d’atteindre un coût impressionnant d’implantation de plus de 800 000 $ pour chaque classe, alors qu’en pleine campagne électorale la CAQ évaluait le coût à 125 000 $. Tout ça pour satisfaire la réalisation coute que coute d’une promesse électorale absurde qui ne tient pas compte des services déjà en place que nous offrons au quotidien dans chacune de nos installations en CPE », dénonce Lili Tremblay présidente du Syndicat.

Le syndicat et le Conseil Central de Lanaudière CSN dénoncent également le processus de consultation initié par la CAQ dans le cadre de sa commission parlementaire.

« Le ministre de la Famille s’est empressé d’inviter des représentant-es de la ville de New York pour se targuer des résultats soi-disant « fantastiques » engendrés par l’implantation des maternelles 4 ans. Ce qu’il ne dit pas, c’est qu’il n’y a pas de CPE dans cette ville américaine. Ce qui ajoute l’insulte à l’injure c’est que le ministre caquiste de la famille refuse d’entendre les opinions divergentes comme celle d’acteurs renommés du milieu tel que le Dr Jean-François Chicoine, pédiatre à l'hôpital Sainte-Justine. Un spécialiste dont la réputation est incontestable. On ne peut donc qu’en conclure que la CAQ pollue la consultation et va à l’encontre du processus démocratique qu’il a lui-même initié. Ça donne une impression de déjà-vu. Un goût amer qui rappelle la façon libérale de faire de la politique. Ni plus ni moins que de la démocratie dirigée », déclare Patricia Rivest présidente du Conseil Central de Lanaudière CSN.

Rappelons que le syndicat et des représentants de la Fédération de la santé et des services sociaux CSN auxquels ils sont affiliés ont rencontré récemment le caucus lanaudois de la CAQ. Bien que l’objectif d’échanger sur les préoccupations sociales de l’impact de leur projet de loi sur le bien-être des enfants ayant été atteint, le syndicat demeure néanmoins septique quant à la réelle volonté du caucus régional caquiste de porter son message aux ministres responsables de cette importante réforme.

Le syndicat n’entend pas pour autant baisser les bras pour sensibiliser la population sur l’absurdité du projet de loi de la CAQ dans sa forme actuelle. D’autres activités sont prévues d’ici l’été afin de sensibiliser la population lanaudoise à l’importance du bien-être des enfants dans le cadre du développement des maternelles 4 ans. Selon le syndicat, l’établissement de classe maternelle 4 ans doit être réalisé uniquement lorsque nécessaire dans le respect des services déjà offert en CPE.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.