Publicité
5 février 2019 - 10:17

Texte commandité

Propriétaire bailleur : 5 erreurs à ne pas commettre

 

 

Trouver un locataire n’est pas difficile compte tenu des demandes sur le marché de la location, mais comment faire le bon choix pour éviter de multiples tracas à venir ?  Si la solvabilité des candidats reste primordiale, elle ne suffit pas toujours.

Ne pas investir dans un quartier en forte demande

La qualité du logement n’est pas le seul préalable pour s’assurer de la fidélité de vos locataires, les services et autres commodités, tout comme le voisinage, comptent tout autant. Vous éviterez ainsi d’avoir à rechercher des locataires trop fréquemment.  De plus, vous aurez plus de chance de le revendre à un bon prix le cas échéant.

Ne pas faire un descriptif détaillé de votre logement

L’annonce que vous allez publier doit être suffisamment détaillée pour ne pas recevoir trop d’appels ou de visites inutiles. Les locataires déçus vous auront pris de votre temps pour rien. Mettez des photos, décrivez le logement dans ses  détails. N’oubliez pas de parler du voisinage pour rassurer  vos locataires, précisez si les animaux sont admis ou pas, évoquez toutes les commodités à proximité et les services inclus (électricité, meubles, Wi Fi…). Enfin, annoncez le prix avec une marge de manœuvre possible. Les locataires aiment négocier.

Ne pas poser les bonnes questions

La question essentielle est celle des revenus, mais aussi des charges du locataire. Vous avez la possibilité de faire une enquête de crédit avec son autorisation, demandez-lui, voire une enquête via une association de propriétaires. S’il refuse, vous saurez à quoi vous en tenir ! Pourquoi ne pas miser sur la sérénité d'une gérance immobilière ? Au moins, toutes ces informations seront dûment vérifiées, y compris le nom et l’adresse de son employeur.

Ne pas consulter la Régie du logement

Pour être sûr du profil de votre candidat, il est conseillé de consulter les archives de la Régie du logement. Vous avez la possibilité de les voir en ligne, il suffit de taper le nom de votre futur locataire.

Ne pas montrer que vous êtes un bon propriétaire

Votre futur locataire doit montrer qu’il est bon payeur, mais pourquoi ne pas lui assurer que vous êtes en retour un bon propriétaire ? L’association des propriétaires du Québec (APQ) a mis au point d’ailleurs, à la demande d’un certain nombre de bailleurs, une sorte de label portant le nom de « Propriovérifié » qui garantit au futur locataire les antécédents de l’immeuble et la satisfaction de ses prédécesseurs.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.