Publicité
21 janvier 2019 - 15:00

SAQ consigne : Pour la consignation, une bouteille de vin à la fois

Par Salle des nouvelles

Le mouvement national, SAQ consigne, prend de plus en plus d'ampleur au Québec et espère forcer la SAQ à consigner le verre. 

Le porte-parole du mouvement, Denis Blaquière, invite la population à apporter à la SAQ leurs bouteilles jusqu'à ce que la consigne soit mise en place. 

Alors que le Québec, voire même l'ensemble du pays connait une importante crise de gestion des matières résiduelles, la consignation du verre pourrait bien être une piste de solution. 

Le retard du Québec

Au Canada, seuls le Québec et le Manitoba n'ont toujours pas instauré la consignation des bouteilles de vin. 

Selon un sondage de la firme SOM, plus de 90 % des Québécois seraient en faveur de la consigne sur le verre.  

En 2006, l'Ontario a instauré la consignation des bouteilles de vin et depuis, c'est 90% du verre qui y est recyclé.

Le syndicat en faveur

En 2015, le syndicat de la SAQ (SEMB-SAQ) publiait un document dans lequel il se disait en faveur de la consigne.

Le SEMB SAQ appuie depuis plus de 20 ans la consignation des bouteilles de la SAQ.  (...) La consigne permet, entre autres, d’atteindre des taux de récupération inégalés, de hausser la qualité et la valeur des matières récupérées, d’avoir une traçabilité détaillée de la récupération des contenants. Pouvons-nous lire dans le document disponible juste ici

Alors pourquoi la SAQ tarde-t-elle à mettre en place la consigne ? Impossible de le savoir. Néomédia a tenté d'obtenir des réponses auprès des succursales de la région ainsi que de la part de la maison-mère de la SAQ. Toutefois, personne n'a donné suite à nos demandes d'entrevues. 

L'apport de Tricentris et de la CMM

Depuis 2010, le centre de tri Tricentris, organisme responsable de la gestion du recyclage pour Vaudreuil-Soulanges, est impliqué dans la valorisation du verre au Québec. 

Depuis 2013, l’usine de micronisation du verre de Tricentris à Lachute, la première usine en son genre en Amérique du Nord, produit le VERROX®, un écomatériel reconnu comme ajout cimentaire. À ce jour, le  VERROX® est la seule poudre de verre faite à 100% de verre post-consommation provenant de la collecte sélective.

Chaque tonne de poudre de verre est composée de quelque 2000 bouteilles et contenants de verre. Et la valorisation de cette matière se poursuivra alors que Tricentris investira 1 million de dollars en 2019 pour l’achat de nouveaux équipements. L’usine de micronisation pourra alors doubler, voire tripler, la production de poudre verrée afin de répondre à une demande exponentielle. Nul doute que Tricentris assume son rôle de leader dans la transformation du verre au Québec.

La communauté urbaine de Montréal (CMM) prévoit également de déposer un rapport dans le but de modifier son plan de gestion des matières résiduelles dès février prochain. La CMM souhaite également faire pression sur le gouvernement de François Legault pour que la consigne des bouteilles de verre, mais aussi d'eau soit mise en place. 

Malgré les efforts de Tricentris, il n'en reste pas moins que c'est près de 100 millions de bouteilles de vin qui se retrouvent directement au dépotoir chaque année, et ce, au Québec seulement. 

Le mouvement SAQ consigne invite la population a retourner leurs bouteilles de vin en mains propres aux employés de la SAQ, jusqu'à ce que la consigne soit mise en place. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.