Publicité
12 janvier 2019 - 14:00 | Mis à jour : 14:48

La Fondation Jean Lapointe vise le demi-million et près de 10 000 participants

28 jours sans alcool, un effet bien ancré dans la mentalité des Québécois

Par Salle des nouvelles

Chaque année, le 1er février marque un moment important. C'est le début du Défi 28 jours sans alcool de la Fondation Jean Lapointe. Cette année ne fera pas exception à la règle alors que l'initiative en sera à sa 6e édition. La clientèle ciblée? Les jeunes du secondaire partout au Québec. 

Jusqu'au 28 février prochain, les jeunes participants devront s'abstenir de consommer de l'alcool, du cannabis et d'autres drogues. 

Alors que les inscriptions sont déjà bien entamées, «l’effet 28 jours» battra son plein du 1er au 28 février 2019 en ayant pour objectif de récolter un demi-million de dollars et d’engager près de 10 000 participants.

« L’impact du don de 28 $ est immense puisque la contribution de chaque participant permet de rencontrer 2 jeunes du secondaire. L’argent amassé soutient les activités de la Fondation Jean Lapointe qui donne des ateliers de prévention à 80 000 jeunes du secondaire annuellement, et ce à la grandeur de la province », explique Annie Papageorgiou, directrice de la Fondation Jean Lapointe.

Grande nouveauté

Cette année, les participants auront le choix de relever leur défi selon trois niveaux : bronze (lundi au jeudi sans alcool), argent (vendredi au dimanche sans alcool) et or (tout le mois de février sans alcool). Leur don leur donnera accès à une expérience numérique innovante via la plateforme interactive où se trouvera du contenu exclusif, en plus de réaliser au quotidien son impact dans sa région.

Comme chaque année, le défi vise à faire réaliser la place de l’alcool dans nos vies, en plus viser à réduire la prévalence des dépendances auprès des adolescents grâce aux ateliers Mon indépendance, j’y tiens et APTE.

« L’effet 28 jours résume bien l’impact qu’ont les dons amassés lors du défi sur les adolescents qui bénéficient des ateliers de prévention des toxicomanies. Encore une fois, nous comptons sur des ambassadeurs dévoués pour supporter le 28 jours, dont Martin Juneau chef cuisinier et propriétaire du restaurant Pastaga à Montréal, Valérie Roberts, animatrice à CKOI, Jean-Philippe Wauthier, animateur à Radio-Canada, les sœurs Stratis, auteures du blogue TPL Mom, en plus d’Éliane Gagnon, comédienne », ajoute Annie Papageorgiou.

Les Québécois ont adopté le 28 jours et c’est devenu un rendez-vous annuel pour plusieurs d’entre eux. L’objectif de cette 6e édition est de propager l’effet d’impact que chaque participant a sur les jeunes du secondaire grâce à leur don.

Pour participer ou parrainer un participant, rendez-vous au www.defi28jours.com

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.