Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
19 novembre 2018 - 10:31 | Mis à jour : 10:50

Un service de justice réparatrice fait son entrée dans Lanaudière

Le Centre de services de justice réparatrice (CSJR), l’Établissement pénitencier de Joliette, ÉquiJustice Lanaudière Nord et le Centre Résidentiel Communautaire Joliette-Lanaudière sont fiers de vous inviter au lancement d’un service de justice réparatrice, intitulé « les Rencontres Détenus-Victimes ». Ce lancement sera l'occasion de rencontrer les artisans du projet ainsi que des personnes ayant déjà fait l’expérience de la justice réparatrice.

 

Date : mardi 27 novembre

Horaire : 12 h - 13 h 30 (conférence de presse, période de questions et réseautage)

Lieu : dans les locaux d’ÉquiJustice au 200 rue de Salaberry à Joliette (salle Murmure)

 

Les rencontres Détenus-Victimes s’adressent aux personnes ayant commis et subi des crimes apparentés, ainsi qu’à des membres de la communauté bénévoles qui souhaitent représenter la société. Ces rencontres, qui se déroulent en groupes ou en face-à-face, sont encadrées, de manière bénévole, par deux animateurs. Elles permettent aux participants de reprendre du pouvoir sur leur vie.

 

En collaboration avec de nombreux partenaires dans différentes régions du Québec, le CSJR a offert des rencontres de justice réparatrice à plus de 750 personnes depuis 2001.

 

À propos

Le CSJR crée des espaces d’expression, d’écoute et de partage entre des personnes touchées par des actes criminels. La majorité de ses services sont gratuits. Les bureaux du CSJR se trouvent à Montréal, mais les rencontres Détenus-Victimes sont offertes grâce à des comités d’implantation en Estrie, dans le Centre-du-Québec et dans les Laurentides. Dès le 27 novembre, elles seront également offertes dans Lanaudière.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.