Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
15 novembre 2018 - 12:30

D'importants changements sont demandés Aux portes du matin

Par Salle des nouvelles

Les éducatrices en centre de la petite enfance (CPE) et les responsables en services de garde en milieu familial (RSG) membres de la CSN étaient plus d’une trentaine rassemblées mardi dernier devant le bureau coordonnateur-CPE Aux portes du matin pour manifester contre la mauvaise gestion de la direction générale en place. L’action qui visait à conscientiser les parents membres du conseil d’administration de la gravité de la situation et de leur demander d’agir le plus rapidement possible dans l’intérêt des enfants.

Parmi les reproches adressés à la direction générale actuelle citons notamment : de multiples lacunes administratives dont la perte de documents, la concentration des pouvoirs et des responsabilités de gestion, l’irrespect des ratios enfants-éducatrice, mauvaise gestion des ressources financières de l’organisme, multiplication des postes administratifs au détriment des services directement donnés aux enfants, manque de transparence auprès des travailleuses et des parents utilisateurs et instrumentalisation du Conseil d’administration.

« Face à tant de problèmes menaçant directement la qualité des services aux enfants, nous n’avions pas le choix de dénoncer la situation » témoigne Lili Tremblay, présidente du Syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière (CPE-CSN).

Plusieurs tentatives de discussions avec la direction générale ont été entamées en vain par les syndicats pour tenter de corriger les multiples problématiques pour le bien des enfants. Comme l’explique Martine Rondeau, présidente du Syndicat des travailleuses de garde en milieu familial Aux portes du matin (RSG-CSN) : « La direction générale actuelle vit dans le déni de la réalité. Elle (la directrice générale) refuse toute forme de dialogue autant avec nous (les RSG) qu’avec les éducatrices et ses propres directrices adjointes. » Les syndicats ont déjà sollicité l’intervention du ministère dans le dossier.

« Ça demeure déplorable de devoir sortir comme ça pour défendre l’intérêt des tout-petits » déplore Luc Tremblay, vice-président du Conseil central de Lanaudière et lui-même éducateur en CPE. « Depuis les compressions dans le réseau des services de garde, certaines directions de bureaux coordonnateurs ont choisi d’appliquer les restrictions budgétaires imposées par le gouvernement dans les services aux enfants sans toucher à la portion administrative de leur budget. On ne peut pas tolérer une telle situation et nous nous devons d’agir pour le bien des enfants » précise Francine Ranger, présidente du Conseil central de Lanaudière-CSN.

Conséquemment, les syndicats des RSG et des CPE Aux portes du matin ainsi que le Conseil central de Lanaudière-CSN s’engagent à communiquer avec les parents utilisateurs du service de garde en installation et en milieu familial afin de les informer de la situation. Les syndicats et le conseil central s’engagent également à entreprendre les démarches politiques nécessaires auprès du ministère de la Famille et des élu-es locaux jusqu’à la résolution complète des problématiques de gestion.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.