Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
28 août 2018 - 15:00 | Mis à jour : 19:13

Plus de 200 millions de tonnes de déchets miniers entre les parcs du Mont Tremblant et du Lac Taureau ?

Les nombreux citoyens présents lors d’une assemblée publique samedi dernier à Saint-Michel-des-Saints ont été consternés d’apprendre que la minière Nouveau Monde Graphite prévoit maintenant rejeter plus de 200 millions de tonnes de déchets miniers dans un secteur situé entre les parcs du Mont Tremblant et du Lac Taureau, un milieu hautement valorisé pour le récréotourisme et la villégiature. C’est une quantité trois fois plus élevée que ce que la minière avait initialement annoncé à l’automne 2017.

 

C’est l’organisme MiningWatch Canada qui a fait ressortir cette information à partir de l’analyse d’une nouvelle étude de Nouveau Monde Graphite récemment rendue publique sur les des Autorités canadiennes en valeurs immobilières mobilières. La minière a confirmé cette information lors de l’assemblée.

 

Les représentants de la minière ont aussi confirmé que le projet génèrerait plusieurs dizaines de millions de tonnes de déchets acides à très acides, qui posent des risques élevés pour l’environnement. Nouveau Monde Graphite tente de se faire rassurante en indiquant que ces déchets plus toxiques seraient « encapsulés » parmi les autres déchets moins toxiques pour éviter qu’ils soient en contact direct avec l’environnement. Tous les déchets seraient laissés sur le territoire de la municipalité à perpétuité, dont une partie dans l’excavation même créée par la mine à ciel ouvert.

 

La plus grande mine à ciel ouvert du sud du Québec ?

Avec une fosse excavée de 2.7 km de longueur, 430 m de largeur et 240 m de profondeur, la Coalition Québec meilleure mine estime que le projet de Nouveau Monde Graphite deviendrait la plus grande mine à ciel ouvert située dans le sud du Québec. « Nous ne connaissons aucun autre projet minier de cette ampleur dans le sud du Québec », affirme Ugo Lapointe, cofondateur de la Coalition Québec meilleure mine et coordonnateur à MiningWatch Canada. M. Lapointe était l’un des conférenciers lors de l’assemblée : « Une telle mine occasionnerait inévitablement des impacts majeurs sur le paysage ».

 

Pollution de l’eau 

Les risques de pollution de l’eau ont été un enjeu majeur soulevé lors de l’assemblée à laquelle ont participé près de 70 citoyens. « La minière nous dit qu’elle respecterait les normes avant de rejeter l’eau contaminée dans l’environnement, mais nous avons appris lors de l’assemblée que non seulement les normes actuelles sont inadéquates, mais qu’il est également impossible pour la minière de garantir techniquement et légalement qu’il n’y aurait aucune pollution des eaux », s’inquiète May Dagher, propriétaire limitrophe. « La minière n’a toujours pas révélé quel serait le cocktail de contaminants qui seraient rejetés, ni la nature des traitements prévus ».

 

Vidéos inédites

Pour illustrer et diffuser plus largement leurs préoccupations, les citoyens affectés par le projet de Nouveau Monde Graphite lancent aujourd’hui deux courtes vidéos : la première vidéocompare la taille de la mine projetée avec celle qui existe aujourd’hui à Malartic; la deuxième vidéo mesure le temps que prendrait une pollution pour se rendre dans le Parc régional du Lac Taureau à partir de l’embouchure du ruisseau à l’Eau Morte dans la rivière Matawin. La minière prévoit rejeter ses contaminants liquides dans ce ruisseau. Voir également la présentation de M. Lapointe en ligne.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.