Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L'énoncé économique prévoit des prêts pour le logement

durée 18h00
20 novembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La ministre fédérale des Finances, Chrystia Freeland, doit présenter mardi l'énoncé économique d'automne, un document qui mettra des milliards de prêts à la disposition des constructeurs d'habitations et réservera un fonds pour le logement abordable. 

Un haut fonctionnaire du gouvernement, dont La Presse Canadienne ne cite pas le nom parce qu'il n'est pas autorisé à partager des détails publiquement, a confirmé que plusieurs politiques en matière de logement feraient partie de la mise à jour fiscale.

Le gouvernement fédéral devrait annoncer 15 milliards $ de prêts à faible coût pour les constructeurs ainsi qu'un fonds d'un milliard de dollars pour le logement abordable, comme l'ont rapporté précédemment Radio-Canada et La Presse. 

Le fonctionnaire a indiqué que les prêts à faible coût accordés aux promoteurs permettront la construction de 30 000 nouveaux appartements.

L'énoncé économique d'automne devrait également inclure un soutien aux gouvernements locaux qui sévissent contre les locations à court terme, comme l'a d'abord rapporté le Toronto Star. 

La mesure empêcherait les exploitants de procéder à des déductions fiscales sur la base de leurs dépenses. Le gouvernement fédéral prévoit également offrir un financement pour l'application par les municipalités des règles relatives aux locations de courte durée. 

L'énoncé du gouvernement fédéral mettra aussi de l'avant une nouvelle charte hypothécaire canadienne qui décrira ce que les Canadiens peuvent attendre de leurs institutions financières lorsqu'ils renouvellent leur prêt hypothécaire. 

La mise à jour budgétaire intervient à un moment où les libéraux sont confrontés à des vents contraires, tant sur le plan politique que budgétaire. 

Le gouvernement fédéral est contraint de s'attaquer à la question de l'accessibilité du logement, les problèmes liés au coût de la vie étant au cœur des préoccupations des Canadiens. 

Mais avec une inflation toujours élevée et un taux d'intérêt directeur de la Banque du Canada à son plus haut niveau depuis 2001, les économistes ont demandé au gouvernement fédéral d'éviter de dépenser plus d'argent.

En réponse à ces appels, Mme Freeland a déclaré à plusieurs reprises qu'Ottawa devait trouver un équilibre dans l'élaboration du prochain budget. 

«Il faut nous assurer que nos investissements procurent aux Canadiens ce dont ils ont besoin, mais il faut aussi le faire dans un cadre responsable d'un point de vue fiscal, a-t-elle déclaré aux journalistes, jeudi, à Toronto. Nous ne serons pas capables de tout faire.»

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


André Fortin montre la difficulté d'obtenir un rendez-vous médical à Christian Dubé

Le député libéral de Pontiac, André Fortin, a profité de l'étude des crédits budgétaires mardi pour montrer au ministre de la Santé la difficulté d'obtenir un rendez-vous médical. En pleine commission parlementaire, M. Fortin s'est rendu sur le site «Rendez-vous santé Québec» pour essayer d'obtenir une consultation avec son propre médecin de ...

durée Hier 18h00

Voici les points saillants du budget fédéral présenté par Chrystia Freeland

Voici des points saillants du budget fédéral présenté mardi par la ministre des Finances, Chrystia Freeland: - Le déficit pour l’année financière 2023-2024 atteint 40 milliards $, soit exactement la limite que s’était fixée la ministre Freeland dans son énoncé économique de 2023. Pour 2024-2025, Ottawa prévoit un déficit de 39,8 milliards $. - ...

durée Hier 15h00

Mobilité du personnel en santé: «Nos objectifs n'ont pas changé», dit Christian Dubé

Appelé à commenter l'échec des pourparlers avec la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé savoir mardi que ses objectifs en matière de mobilité du personnel «n'ont pas changé». «Ce qu'on veut, c'est une certaine flexibilité pour être capable de bien servir nos patients et d'avoir un ...