X
Rechercher
Publicité

Infections à la COVID−19

Justin Trudeau s'inquiète de voir la Chine faire de la politique avec les Jeux

durée 10h00
20 janvier 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau a laissé poindre une certaine inquiétude, mercredi, de voir la Chine utiliser les Jeux olympiques pour faire de la politique.

Plusieurs médias à travers le monde rapportent que la Chine utilise des tests extrêmement sensibles qui semblent détecter des infections à la COVID−19 qui se sont produites il y a plusieurs semaines et qu’elle impose des quarantaines sévères à ceux et celles qui présentent un résultat positif. Or, tous les athlètes et représentants des médias qui se rendent en Chine pour les Jeux doivent avoir obtenu un résultat négatif avant de partir, mais il semble que les autorités chinoises fassent peu de cas des tests réalisés à l’étranger.

Tout en disant comprendre qu’il est important de veiller à la santé et la sécurité des athlètes et que cela implique l’imposition de mesures, M. Trudeau a ajouté que «nous devons nous assurer que ce soit les bonnes». 

«On veut que nos athlètes canadiens soient protégés de l’importation ou d’exposition au virus d’autres athlètes, donc c’est bon qu’il y ait des mesures en place, mais s’il y a des préoccupations spécifiques par rapport aux tests, on va faire des suivis.»

Puis, il a dit espérer «que la Chine va permettre aux Jeux olympiques de se dérouler et aux athlètes de tous les pays, incluant le Canada, d’être à leur meilleur pour pouvoir célébrer ce moment sportif rassembleur à travers le monde». 

Le premier ministre a promis que son gouvernement serait toujours là pour appuyer les athlètes canadiens, disant s’attendre à ce qu’ils soient victorieux dans plusieurs épreuves, ajoutant que «nous allons continuer de veiller à ce qu’ils puissent avoir toutes les opportunités de réussir».

Cependant, le boycottage diplomatique des Jeux par le Canada signifie qu’il n’y aura pas de représentants du gouvernement pour soutenir une éventuelle contestation de la manière dont les athlètes seront traités.

Interrogé par ailleurs sur la prétention des autorités chinoises selon laquelle le variant Omicron serait arrivé en Chine par le biais d’un colis provenant du Canada par la poste, une hypothèse qualifiée de très peu plausible par de nombreux experts, Justin Trudeau a répondu que l’«on continue de voir que la Chine cherche à jouer une diplomatie un peu forte avec le Canada et avec d’autres pays». 

Il a précisé à ce sujet que le Canada continuera «de chercher à être ferme dans nos positionnements par rapport aux droits humains, par rapport à la démocratie, par rapport au respect des règles à l’international et la règle de droit, mais nous allons aussi continuer notre travail à l’international pour créer des opportunités économiques pour tous».

Pierre Saint−Arnaud, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Feu vert à l’entente entre Hydro-Québec et Énergir

La Régie de l’énergie donne le feu vert au partenariat entre Hydro−Québec et le distributeur de gaz naturel Énergir, une entente qui avait été critiquée par des groupes de consommateurs et environnementalistes. L’entente, annoncée en juillet dernier, vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en convertissant à la biénergie des ...

Financement des partis: le PQ coiffe de peu le PCQ

À moins de cinq mois des élections générales au Québec, la course au financement est serrée: le Parti québécois (PQ) vient de repasser devant le Parti conservateur (PCQ) d’Éric Duhaime. Traditionnellement champion du financement populaire, le PQ avait été déclassé ces derniers mois par la montée foudroyante du PCQ. Fin février, le PCQ avait ...

durée Hier 10h00

Rapport Kamel: «Il faut plus d'imputabilité», dit François Legault

Au lendemain de la publication d’un imposant rapport d’enquête de près de 200 pages sur l’hécatombe survenue dans les CHSLD au début de la pandémie, le premier ministre François Legault reconnaît «qu’il faut plus d’imputabilité d’en haut jusqu’en bas». C’est ce qu’a répondu le premier ministre lors d’une conférence de presse mardi à Laval, où il ...