Publicité

6 janvier 2022 - 10:00

Ministre de la famille

Le personnel des services de garde éducatifs à l’enfance aura accès aux tests PCR

Par Salle des nouvelles

Afin de continuer à favoriser la protection du personnel et des enfants fréquentant les services de garde éducatifs à l'enfance (SGEE), le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, annonce aujourd'hui que l'ensemble des employés des SGEE pourront accéder aux tests PCR en clinique de dépistage à compter du 15 janvier.

Les éducateurs ainsi que le personnel de soutien feront maintenant partie de la liste des personnes admises pour le dépistage de la COVID-19 réalisé en clinique, à l'instar du personnel de l'éducation.

« Nous souhaitons plus que tout que nos services de garde éducatifs à l'enfance demeurent ouverts. Il s'agit d'un service très important pour les familles du Québec, mais nous devons aussi assurer la sécurité du personnel et des tout-petits qui n'ont pas encore accès à la vaccination. C'est pourquoi nous avons fait ajouter le personnel des SGEE à la liste des personnes qui peuvent recourir aux tests PCR en clinique de dépistage et que nous rendons disponibles plus de tests rapides pour les familles du Québec.», mentionne Mathieu Lacombe, ministre de la Famille.

Par ailleurs, de nouvelles phases de distribution d'autotests de COVID-19 auront lieu en janvier et février.

En effet, le gouvernement du Québec va continuer de distribuer des autotests dans les SGEE de la province afin de permettre aux parents de tester rapidement leur enfant si celui-ci présente des symptômes associés à la COVID-19.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.