Publicité

1 décembre 2021 - 16:00

Annonce du gouvernement du Québec

Deux nouvelles formations pour ajouter de la main-d'oeuvre en santé

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Le gouvernement du Québec lance deux nouvelles formations pour agir face au manque de main-d'œuvre dans le milieu de la santé, une pour les adjoints administratifs en soutien au secteur clinique et une autre pour les infirmier.e.s auxiliaires.

C’est le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui en ont fait l’annonce ce matin en conférence de presse depuis l’Assemblée nationale. 

Christian Dubé a indiqué que, dans l’objectif d’améliorer le réseau de la santé, le plus gros élément à travailler est la main-d'œuvre. « Parce qu’avec de la main-d'œuvre, on va avoir plus de monde, on va avoir un meilleur environnement de travail pour tous ceux qui sont là et ça encourage ceux à venir ». 

Rappelons que lors des négociations pour la convention collective des infirmier.e.s, le gouvernement s’est engagé à soulager leurs tâches administratives. 

C’est donc pour cette raison que les deux ministres ont annoncé la création d’une attestation d'études professionnelles pour des agents administratifs spécialisés en santé. L’objectif est de former 3 000 personnes. 

Parmi elles, 300 personnes travailleront ensuite en urgence, près de 600 personnes en CHSLD et pour le soutien à domicile, plus de 800 agents iront dans le domaine de la santé mentale et de la jeunesse et le reste sera réparti dans toutes les opérations hospitalières. Ceux-ci recevront une bourse de 4 000 $ chacun contre un engagement d’une année. 

Cette formation est rapide, car elle est très spécifique. Les agents qui seront formés dès janvier 2022 pourront être en poste dès l’été suivant.

Qui plus est, il a été présenté un Diplôme d’enseignement professionnel, en version  accélérée, qui commencera dès janvier prochain pour former 2 000 infirmier.e.s auxiliaires. Ainsi, le programme qui s'étalait avant sur une période de 22 mois, pourra désormais être suivi en 14 mois. Jean-François Roberge précise que la qualité du programme ne sera pas affecté, car le nombre d’heures ne change pas, ce sont les semaines qui seront plus intensives. Il y aura parfois de l’enseignement en présence ou à distance. « Nous innovons. La pandémie nous a montré qu'on pouvait faire autrement », d’ajouter M Dubé. 

Quelque 2 400 personnes qui suivront ce programme bénéficieront d’une bourse de 20 000 $ en échange d’un engagement de deux ans. Une première somme sera versée à la signature de l’inscription, une deuxième à mi-parcours et elles recevront l’argent restant lors de leur diplomation. 

Pour suivre l’un ou l’autre de ces programmes, les informations sont disponibles sur le site admissionfp.com. Celles-ci seront régulièrement mises à jour le temps que les établissements se préparent. 

Party de Noël
Largement questionné sur les fêtes de Noël, le ministre de la Santé et des Services sociaux a expliqué suivre la situation de près et s’assurer « qu’on arrive à Noël tous ensemble ».

La demande du premier ministre François Legault de pouvoir se réunir à une vingtaine de personnes pour célébrer en famille n’est pas passée inaperçue. Cependant, Christian Dubé ne veut pas se mettre de pression et rappelle de suivre les mesures sanitaires, car la situation actuelle ne va pas dans le bon sens. 

« Les hospitalisations montent de 10 cas par jour depuis trois jours, il faut rester prudents ! On va planifier avec 10 personnes et on verra si on peut en avoir plus. On n’a vraiment pas fini avec la vaccination des enfants et des plus âgés. Je suis dans le présent. »

Il a aussi souligné qu’encore 650 000 Québécois qui pourraient être vaccinés ne le sont pas et qu’un nouveau variant vient de faire son entrée.

« Soyons patients, on reviendra sur des annonces pour Noël », a-t-il conclu.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.